IMPITOYABLE

Prononciation : in-pi-to-ia-bl' ; quelques-uns disent in-pi-toi-ia-bl'
Nature : adj.

1Qui est sans pitié.
Ce coeur impitoyable à ma perte s'obstine , CORN. , Hor. II, 5
La jeunesse se flatte et croit tout obtenir ; La vieillesse est impitoyable , LA FONT. , Fabl. XII, 5
Pour M. le coadjuteur, je vous avoue que je suis impitoyable à ses longues et cruelles froideurs , SÉV. , mai 1690
Sur un bouclier noir sept chefs impitoyables Épouvantent les dieux de serments effroyables , BOILEAU , Sublime, ch. 13
Impitoyable Dieu, toi seul as tout conduit , RAC. , Ath. V, 6
Aussi barbare époux qu'impitoyable père, Venez, si vous l'osez, la ravir à sa mère , RAC. , Iphig. IV, 4
D'une esclave barbare, esclave impitoyable , RAC. , Baj. V, 8 Par exagération. Être impitoyable, ne rien pardonner, ne rien laisser passer.
Où il s'agit de vous donner satisfaction par ma rigueur, je ne sens point les tendresses qui sont naturelles aux pères ; et je serai impitoyable à mes plus chères productions, toutes les fois que vous ordonnerez qu'elles périssent , BALZ. , Lett. 10, liv. VI
Le public est impitoyable sur la réputation , SÉV. , 25 août 1677
Elle est impitoyable sur les fautes les plus légères , MASS. , Carême, Évid.
2Il se dit aussi des choses.
J'avoue que je me fusse étonné d'être le premier malheureux que vous eussiez abandonné et que vous eussiez fait sur moi l'apprentissage de cette vertu impitoyable qui n'a encore pu compatir avec votre générosité , VOIT. , Lett. 22
Qu'il n'attire sur nous d'impitoyables haines , CORN. , Sert. IV, 3
Il connaissait les deux visages de la justice : l'un facile dans le premier abord, l'autre sévère et impitoyable quand il faut conclure , BOSSUET , le Tellier.
Te semblait-il croyable Que le triste jouet d'un sort impitoyable Dût connaître l'amour ?... , RAC. , Phèdre, II, 1
Quoi ! tu ne me vois pas d'un oeil impitoyable ! , VOLT. , Alz. III, 4
De tes concitoyens la rage impitoyable , VOLT. , ib. I, 2
3Terme d'entomologie. Larves impitoyables, celles qui mangent les boutons de rose. XVIe s.
Ô mort, que tu es impitoyable ! , ST FR. DE SALES , dans le Dict. de DOCHEZ
Im...., et pitoyable. On disait dans le XVIe siècle et auparavant impiteux.