IMPATRONISER

Prononciation : in-pa-tro-ni-zé
Nature : v. a.

1Introduire comme une sorte de patron, de maître. Fig.
Il faut espérer que le système scythe [en géographie] ne sera pas aussi pernicieux à ceux qui l'ont imaginé ou accepté, que les idées de Bailli, encore en honneur il y a soixante ans, l'ont été aux savants qui les impatronisèrent dans la géographie critique et dans la chronologie , VIVIEN DE ST-MARTIN , Fouilles de Ninive, Rev. germ. t. XX, p. 475
2S'impatroniser, v. réfl. S'établir comme chez soi.
L'un avecque prudence au ciel s'impatronise , RÉGNIER , Sat. XI
Quand tous ses gouvernants [du peuple français] s'en allèrent un jour, croyant lui faire pièce et le laisser en peine, d'autres se présentèrent qu'on ne demandait pas, et s'impatronisèrent , P. L. COUR. , Lettre VI S'introduire dans une maison et y dominer (avec un sens défavorable).
Un inconnu céans s'impatronise , MOL. , Tart. I, 1
Depuis six ou sept mois qu'elle a trouvé moyen De s'impatroniser, je n'y connais plus rien , LA CHAUSSÉE , Gouvern. I, 1
XVIe s.
Vray est que les empereurs, n'aiant ni coeur ni valeur ni moyen pour le leur oster [le duché de Milan aux Sforce], furent contraints de le leur laisser, et les en impatroniser, pour le tenir à foy et hommage de l'empire , BRANT. , Cap. franç. t. I, p. 324, dans LACURNE
Au temps que les François s'impatroniserent de cette Gaule , PASQUIER , Recherches, livre I, p. 9, dans LACURNE
In, en, dans, et patron.