IMPASSIBLE

Prononciation : in-pa-ssi-bl'
Nature : adj.

1Qui n'est pas susceptible de souffrance.
J'ai reçu ces plaies dans mon corps mortel pour tous les hommes ; je les garderai pour toi dans mon corps impassible , FLÉCH. , II, 168 Par extension, qui n'est pas susceptible d'éprouver d'altération.
Il [le diamant] est inaltérable, ou du moins plus durable, plus impassible qu'aucune autre substance , BUFF. , Min. t. IV, p. 244
2Fig. Qui, par la force de son caractère, s'est mis au-dessus de la douleur physique ou morale.
L'homme impassible est aussi contradictoire que l'homme immortel , VOLT. , Dict. phil. Bien et mal physique et moral.
Le sang pétille dans mes vieilles veines en vous parlant de lui [Letourneur, traducteur de Shakspeare] ; s'il ne vous a pas mis en colère, je vous tiens pour un homme impassible , VOLT. , Lett. d'Argental, 19 juill. 1776
À cette foule de malheurs, il [Napoléon] ne peut opposer qu'une résistance inerte, une fermeté impassible, une attitude inébranlable , SÉGUR , Hist. de Nap. X, 2
3Qui ne se laisse déterminer dans ses jugements par aucune considération particulière. Un juge impassible. Il faut que l'histoire soit impassible comme la justice. XIVe s.
La discipline les doit tous faire impassibles. - Parties inalterables et impassibles , ORESME , Thèse de MEUNIER.
XVe s.
Diex est impassible, immortel , Conversion de St Denis
XVIe s.
Ils commencerent lors à croire qu'ils n'avoient point affaire à un ennemy totalement invincible et impassible, ains qu'il pourroit bien aussi quelquefois souffrir perte et recevoir dommage , AMYOT , Marcel. 16
Lat. impassibilis, de in négatif, et passibilis, passible.