IMITABLE

Prononciation : i-mi-ta-bl'
Nature : adj.

Qui peut être imité. Cela n'est pas imitable.
La réalité imitable et représentable est presque toujours défectueuse , PROUDHON , Du principe de l'art, p. 65 Il se construit avec la préposition à.
Ce n'est pas la puissance de Dieu qui est imitable aux hommes , BALZAC , le Prince, ch. 10
QUI EST INIMITABLE, QUI N'EST PAS IMITABLE. Le premier signifie qui est au-dessus de l'imitation, qu'on ne peut imiter, et, par suite, admirable. Le second signifie qui ne doit pas être imité : Racine est inimitable, Pradon n'est pas imitable. Cette distinction n'est vraie que dans le sens exagéré que donne une sorte d'antonomase. Non-imitable peut très bien exprimer l'incapacité de ceux qui cherchent vainement à imiter un homme supérieur : On voit bien que ce prédicateur cherche à imiter Bossuet ; mais Bossuet n'est pas imitable. XVIe s.
Celuy vrayment contre Dieu s'esleva, Qui fist premier le tonnerre imitable , DU BELLAY , III, 22, verso.
Lat. imitabilis, de imitari, imiter.