IGNORANCE

Prononciation : i-gno-ran-s'
Nature : s. f.

1État de celui qui ignore une chose, qui ne la connaît pas.
Ceux qui ne se sont pas mis en peine d'acquérir la sagesse, non-seulement sont tombés dans l'ignorance du bien, mais encore... , SACI , Bible, Sagesse, X, 8
Nous sommes dans une grande ignorance de toutes les affaires publiques , SÉV. , 25 juin 1690
Il [Dieu] connaît la sagesse humaine, toujours courte par quelque endroit ; il l'éclaire, il étend ses vues, et puis il l'abandonne à ses ignorances , BOSSUET , Hist. III, 7
J'ai vécu, depuis deux mois, dans une ignorance totale des plaisirs et des sottises de votre grande ville , VOLT. , Lett. d'Argental, oct. 1735
Je ne la propose donc que comme un doute et comme une ignorance , VOLT. , Dict. phil. Feu
Ces nomenclatures [des mots scientifiques] qui sont autant de langues particulières, changent de fond en comble par le progrès des sciences, et n'offriraient souvent aujourd'hui que la date inutile d'une erreur détruite ou d'une ignorance qu'on n'a plus , VILLEMAIN , Dict. de l'Acad. franç. Préface Terme de pratique. Prétendre cause d'ignorance, alléguer son ignorance pour excuse. Dans le langage familier. Prétendre cause d'ignorance, faire semblant d'ignorer une chose que, de fait, on n'ignore pas.
2Défaut de connaissance, manque de savoir.
Un péché qu'il déclare avoir commis par ignorance , PASC. , Prov. 4
Le monde juge bien des choses, car il est dans l'ignorance naturelle, qui est le vrai siège de l'homme ; les sciences ont deux extrémités qui se touchent : la première est la pure ignorance naturelle où se trouvent tous les hommes en naissant ; l'autre extrémité est celle où arrivent les grandes âmes, qui, ayant parcouru tout ce que les hommes peuvent savoir, trouvent qu'ils ne savent rien, et se rencontrent en cette même ignorance d'où ils étaient partis ; mais c'est une ignorance savante qui se connaît , PASC. , Pens. art. III, 18, édit. HAVET.
Qu'ont-ils vu ces rares génies [les esprits forts], qu'ont-ils vu plus que les autres ? quelle ignorance est la leur ! et qu'il serait aisé de les confondre... ! , BOSSUET , Anne de Gonz.
Laissez-moi, disait-elle, mon heureuse ignorance, et ne m'ôtez pas le mérite et la tranquillité de ma foi , FLÉCH. , Dauph.
L'ignorance toujours est prête à s'admirer , BOILEAU , Art p. I
L'ignorance vaut mieux qu'un savoir affecté , BOILEAU , Ép. IX
Comme l'ignorance est un état paisible et qui ne coûte aucune peine, l'on s'y range en foule , LA BRUY. , XII
Ce même peuple [russe] était souverainement fier, plein de mépris pour tout ce qu'il ne connaissait pas : c'est le comble de l'ignorance que d'être orgueilleux , FONTENELLE , Czar Pierre.
La Moscovie ou Russie était encore [à l'avènement de Pierre 1er] dans une ignorance et dans une grossièreté presque pareilles à celles qui accompagnent toujours les premiers âges des nations , FONTENELLE , ib.
Tant il faut que la science ait des ménagements pour l'ignorance, qui est son aînée et qu'elle trouve toujours en possession ! , FONTENELLE , Lahire.
Il y a bien des espèces d'ignorance, la pire de toutes est celle des critiques , VOLT. , Dict. phil. Ignorance
L'ignorance est moins éloignée de la vérité que le préjugé , DIDER. , Lett. sur les sourds et muets
L'ignorance et l'innocence sont deux choses très différentes et que l'on confond presque toujours , GENLIS , Ad. et Théod. t. II, p. 457, dans POUGENS
3Faute qui marque ignorance.
Nous avons ce saint sacrifice, rafraîchissement de nos peines, expiation de nos ignorances et des restes de nos péchés , BOSSUET , Mar. Thér.
Que le nom de M. de Meaux va être flétri dans les écrits du ministre [Jurieu] ! déjà on ne trouve dans sa dixième lettre que les ignorances de ce prélat, ses vaines déclamations... , BOSSUET , 6 avertiss. 1
Que serait-ce donc si j'allais lui faire voir.... ses ignorances sur Platon ? , BOILEAU , Réfl. sur Longin, Concl. des neuf premières réflex.
Dieu a permis qu'il soit tombé dans des ignorances si grossières qu'elles lui ont attiré la risée de tous les gens de lettres , BOILEAU , ib.
XIIe s.
Les mesfaiz de la meie juvente [de ma jeunesse] e mes ignorances ne remembrer [ne te souviens pas de....] , Liber psalm. p. 29
XIVe s.
On ne doit mies trop reprendre Aucun fol, s'on li voit emprendre Par ynnorance aucunne cose , J. DE CONDET , p. 169
Sur les petiz [il] fist la restinction [économie], Qui monte à pou ; vez ci large ignorance : Es grans cas chiet la bonne pourvoiance : Plus despent loups que brebis ne oustarde , E. DESCH. , Adm. de l'hôtel du prince
XVIe s.
L'ignorance qui se sçait, qui se juge et qui se condamne, ce n'est pas une entiere ignorance ; pour l'estre, il fault qu'elle s'ignore soy mesme , MONT. , II, 230
Provenç. ignoransa, ignorantia ; esp. ignorancia ; ital. ignoranzia ; du lat. ignorantia, de ignorare, ignorer. Palsgrave, p. 63, au XVIe siècle, dit qu'on prononce inorance.