IDYLLE

Prononciation : i-di-l'
Nature : s. f.

Petit poëme dont le sujet est ordinairement pastoral ou relatif à des objets champêtres, et qui tient de l'églogue. Les idylles de Théocrite, de Bion, de Moschus.
Telle aimable en son air, mais humble dans son style, Doit éclater sans pompe une élégante idylle ; Son tour simple et naïf n'a rien de fastueux, Et n'aime point l'orgueil d'un vers présomptueux , BOILEAU , Art p. II Il se dit de petites pièces en prose de même genre. Les idylles de Gessner. Il se dit même de romans. La Mare au Diable, la Petite Fadette sont de charmantes idylles. Fig. Ce sujet, ce tableau est une idylle, il offre des objets qui pourraient être mis en idylle.
Dans l'édition de 1696, l'Académie dit idylle masculin, ajoutant que quelques-uns le font féminin ; et, inversement, dans l'édition de 1740, elle dit idylle féminin, ajoutant que quelques-uns le font masculin. Aujourd'hui idylle est féminin, la terminaison féminine l'ayant emporté, pour décider le genre, sur l'étymologie. Lat. idyllium, diminutif du grec, forme, et signifiant par conséquent petite forme, petite pièce.