idolatrer

Prononciation : i-do-lâ-tré

1V. n. Adorer les idoles.
Idolâtrer est rendre à la créature les honneurs divins , BOSSUET , Avert. sur le reproche d'idolâtrie, 6
Quelle erreur donc [à Jurieu] de vouloir excuser [du culte des saints et des reliques] les Pères et les chrétiens du quatrième et du cinquième siècle, sous prétexte qu'ils n'idolâtraient qu'en particulier ! , BOSSUET , Var. 3e avert.
2V. a. Fig. Aimer avec trop de passion.
Pourquoi perdez-vous la parole, Aussitôt que vous rencontrez Celle que vous idolâtrez ? , RÉGNIER , Amour. transi.
Mais, hélas ! j'idolâtre Émilie , CORN. , Cinna, III, 2
J'aime, que dis-je, aimer ? j'idolâtre Junie , RAC. , Brit. II, 2
De tous les favoris qu'idolâtrait Valois, Joyeuse.... D'une faveur si haute était le moins indigne , VOLT. , Henr. III Il se dit aussi des choses.
Mon travail sans appui monte sur le théâtre ; Chacun en liberté l'y blâme ou l'idolâtre , CORN. , Excuses à Ariste.
Il [Néron] excelle.... à venir prodiguer sa voix sur un théâtre, à réciter des chants qu'il veut qu'on idolâtre , RAC. , Brit. IV, 4
Il meurt à son corps qu'il avait toujours idolâtré , MASS. , Myst. Assomption.
3S'idolâtrer, v. réfl. Être idolâtre de soi-même. Ce jeune fat s'idolâtre. S'aimer passionnément l'un l'autre. Ces amants s'idolâtrent. XVe s.
Chascun les quiert, baise et acole [l'or et l'argent] En ydolatrant , E. DESC. , Poésies mss. f° 433
Balade que on ne doit mettre es eglises nulz images entailliez fors le crucifis et la vierge, pour doubte d'ydolatrier , E. DESC. , ib. f° 453
XVIe s.
Qui, mesprisant de son Dieu les louanges, Idolatroit après les dieux estranges , DU BELLAY , III, 93, verso.
Ils [les paysans] n'ont point de dames gentes et parées que nous idolatrons , MARG. , Nouv. XXIX.
Cet idolatre idolatra des veaux , RONS. , 887
Idolâtre ; provenç. et espagn. idolatrar ; ital. idolatrare.