IDOINE

Prononciation : i-doi-n'
Nature : adj.

Propre à quelque chose.
Cet orateur s'appelle Boismont, et non pas Beaumont, et n'a de prêtre que ce qu'il en faut pour être apte et idoine à posséder des bénéfices , D'ALEMB. , Lett. au roi de Prusse, 30 juill. 1781 Il est vieux.
XIVe s.
Matiere ainsi par pourriture Et idoine corruption , Nat. à l'alch. err. 173
XVe s.
Et aussi messagers sages et avisés et bien idoines et taillés de faire ce message , FROISS. , I, I, 11
Moy couchant avec luy [Commines et le roy Louis XI] ; combien que n'en fusse point digne et qu'il en avoit assez d'autres plus ydoines , COMM. , VI, 5
XVIe s.
La guerre leur estoit repos des travaux que les hommes ordinairement endurent pour se rendre idoines à la guerre , AMYOT , Lyc. 46
Génev. idoine, idiot, hébété (par antiphrase) ; du latin idoneus. IDOINE. - HIST. Ajoutez : XIIe s.
À muine, cum à mort, dunée est neire broine [cuirasse] ; Ne lur robe n'est pas à nul prelat aoine , Th. le mart. p. 23, éd. Hippeau