IDIOME

Prononciation : i-di-ô-m'
Nature : s. m.

1Caractère propre ; sens étymologique qui n'est conservé qu'en termes de théologie : ce qui est propre à une des natures de Jésus-Christ. Communication d'idiomes dans Jésus-Christ. 2Ce qui est particulier à une langue, sens du latin idioma, et qui est tombé en désuétude.
Les peuples les traduisaient [les noms des rois d'Orient] ou les prononçaient différemment, selon les divers idiomes de chaque langue , BOSSUET , Hist. I, 7
3Langue d'un peuple considérée dans ses caractères spéciaux. L'idiome français. L'idiome allemand.
De quelle langue voulez-vous vous servir avec moi.... je vous dis, de quel idiome, de quel langage ? , MOL. , Mar. forcé, c.
Serait-il vrai que ce déclin des idiomes, certainement inévitable, soit toujours également rapide, que rien ne puisse retarder la décadence, et qu'elle n'ait pas des stations et des retours ? , VILLEMAIN , Dict. de l'Acad. préface, p. X Dans l'ancienne Église, les trois idiomes par excellence, celui des Juifs, celui des Grecs et celui des Latins, parce qu'ils figuraient seuls sur l'écriteau de la croix. Par extension. Le langage particulier d'une province. L'idiome bourguignon. L'idiome picard.
XVe s.
Je crois aussi que la liberté à chascun de dissiper une parole si religieuse et importante [celle des Saintes Écritures] à tant de sortes d'idiomes a beaucoup plus de dangier que d'utilité , MONT. , I, 399
Lat. idioma, du grec, chose propre, spéciale, du grec, propre, spécial.