HYPOCRAS

Prononciation : i-po-kras'
Nature : s. m.

Infusion de cannelle, d'amandes douces, d'un peu de musc et d'ambre, dans du vin édulcoré avec du sucre.
Que vous m'embarrassez avec votre grenouille Qui traîne à ses talons le doux nom d'hypocras , MOL. , Bouts-rimés commandés sur le bel air
XVe s.
Pour trois chopines d'ipocras, neuf sols , Bibl. des chartes, 5e série, t. I, p. 226
Après il print les esguieres, Le vin, le clairé, l'ypocras , VILLON , Franches repues.
XVIe s.
Il fut six sepmaines prisonnier dans un engein de bois pointu par le bas, que les questionnaires [bourreaux] appellent chausse d'hypocras , D'AUB. , Hist. I, 75
Cette préparation étant appelée vinum hippocraticum (vin d'Hippocrate) dans les anciens lexiques médicaux, hypocras, malgré la fausse orthographe, doit venir de hippocraticus, dérivé de Hippocrates, nom du fameux médecin grec qui vivait dans le Ve siècle avant l'ère chrétienne. HYPOCRAS. Ajoutez : Fig.
M. Bautru le connaissait mal [Voiture], quand il disait que, s'il eût été de la profession de son père [marchand de vin], le vinaigre fût devenu hypocras entre ses mains , BALZAC , Lett. inédites, CIX (éd. Tamizey-Larroque)