HYPERBOLIQUE

Prononciation : i-pèr-bo-li-k'
Nature : adj.

1Qui exagère beaucoup.
Je dois rejeter tous les doutes de ces jours passés, comme hyperboliques et ridicules, particulièrement cette incertitude si générale touchant le sommeil, que je ne pouvais distinguer de la veille , DESC. , Médit. VI, 23
Après tout, son français [de Balzac], combien que trop hyperbolique, est encore meilleur et plus agréable que son latin , GUI PATIN , Lett. t. II, p. 25 Il se dit des personnes dans le même sens. Homme, personne hyperbolique.
2Terme de mathématique. Qui a la forme de l'hyperbole, ou qui dépend de ses propriétés. Figure hyperbolique.
Après avoir traversé le verre hyperbolique , DESC. , Dioptr. 8
Il [Descartes] conclut que les verres elliptiques et hyperboliques sont les meilleurs de tous pour rassembler les rayons , BUFF. , Hist. min. Introd. Oeuvres, t. VII, p. 185
J. J. Rousseau a cru, à tort, hyperbolique un mot nouveau et créé par lui : Les louanges hyperboliques et outrées dont vos deux lettres sont remplies, Lett. à Mme de Boufflers, 23 mai 1766. Le mot est en italiques, et Rousseau dit dans une note : Voici encore un mot pour le dictionnaire ; hélas ! pour parler de ma destinée, il faudrait un vocabulaire tout nouveau qui n'eût été composé que pour moi. XVIe s.
Maintenant il convient parler de meslinges hyperboliques, c'est-à-dire excessifs, que la superstition a mis sus , CALV. , Instit. 1102
Hyperbole.