HYMEN

Prononciation : i-mèn', d'après l'Académie et Chifflet au XVIIe siècle qui veulent qu'on prononce l'n ; d'autres pro
Nature : s. m.

1Nom de la divinité païenne qui présidait aux noces. 2Par extension et dans le langage poétique ou élevé, mariage, union conjugale.
L'hymen qui nous attache en une autre famille , CORN. , Hor. III, 4
Les flambeaux de l'hymen viennent de s'allumer , CORN. , Poly. I, 1
Je ne demande plus d'où partait ce dédain, Quand j'ai voulu vous faire un hymen de ma main , CORN. , D. Sanche, IV, 5
L'hymen sur un époux donne quelque puissance , CORN. , Othon, III, 1
J'ai vu beaucoup d'hymens, aucuns d'eux ne me tentent , LA FONT. , Fabl. VII, 2
Comme il a volonté.... De me déterminer à l'hymen d'Hippolyte , MOL. , l'Ét. II, 9
Chercher dans l'hymen d'une douce et sage personne la consolation de quelque nouvelle famille , MOL. , l'Av. V, 6
Ainsi que ses chagrins, l'hymen a ses plaisirs , BOILEAU , Sat. x.
Jamais hymen formé sous le plus noir auspice De l'hymen que je crains n'égala le supplice , RAC. , Mithr. I, 2
L'hymen n'est pas toujours entouré de flambeaux , RAC. , Phèdre V, 1
Enfin l'hymen est fait, je suis dans l'esclavage , VOLT. , Scythes, III, 4
Et l'hymen le plus doux est toujours une chaîne , COLLIN D'HARLEVILLE , Chât. en Espagne, II, 3
Plus loin on voit un cirque et le peuple romain, Des Sabines en pleurs l'involontaire hymen , DELILLE , Én. VIII Les fruits de l'hymen, les enfants. Fig.
Toute l'année n'est qu'un heureux hymen du printemps et de l'automne, qui semblent se donner la main , FÉN. , Tél. VIII
Et la rose et le lis, qu'un doux hymen assemble, Animent son beau teint, y confondent ensemble Leur coloris vermeil et leur vive blancheur , BAOUR-LORM. , Jér. déliv. VI
La terre, après tant de désastres, Forme avec le ciel un hymen, Et la loi qui régit les astres Donne la paix au genre humain , BÉRANG. , Fous.
3Jeu de l'hymen, jeu analogue au jeu de l'oie. Lat. Hymen, terme grec signifiant dieu du mariage (mot qui, en grec, ne se trouve que dans une locution ), et chant de mariage. Parmi les étymologistes, les uns le rattachent à membrane, ce qui est peu probable, les autres à hymne. Terme d'anatomie. Repli membraneux qui, chez les vierges, se trouve ordinairement à l'entrée du vagin. Terme de botanique. Petite peau qui enveloppe le bouton des fleurs et qui se sépare lors de l'épanouissement. XVIe s.
Celle tunique que l'on appelle hymen ou pannicule virginal , PARÉ , I, 34
Ils cuident qu'il n'y a nulle vierge qui n'aye ladite hymen, qui est la porte virginale, mais ils s'abusent , PARÉ , XVIII, 49
Du grec, membrane, que l'on tire d'un radical, qui se trouve dans le latin suere, coudre, et dans le grec, tissu.