HUMILIER

Prononciation : u-mi-li-é
Nature : v. a.

1Rendre humble. Humilier son coeur.
Elle croyait voir partout dans ses actions un amour-propre déguisé en vertu.... ainsi Dieu l'humiliait par ce qui a coutume de nourrir l'orgueil, et lui faisait un remède de la cause de son mal , BOSSUET , Anne de Gonz.
2Donner de la confusion, de la mortification.
Moab fut humilié en ce jour-là sous la main d'Israël , SACI , Bible, Juges, III, 30
Ne puis-je pas d'Achille humilier l'audace ? , RAC. , Iphig. IV, 8
Je n'ai point.... Assez humilié votre orgueil téméraire , VOLT. , Orph. V, 4
Racine sentait bien son extrême supériorité sur Euripide, mais il louait ce poëte grec pour humilier Perrault , VOLT. , Dict. phil. Anciens et mod.
....Mais les nièces prudentes Aiment bien mieux tromper qu'humilier leurs tantes , LANOUE , Coquette corr. II, 1
Tenez, monseigneur, n'humilions pas l'homme qui nous sert bien, crainte d'en faire un mauvais valet , BEAUMARCH. , Mar. de Fig. III, 5
3S'humilier, v. réfl. Avec la prép. à, condescendre humblement.
J'ai obéi à mon père et à ma mère ; je leur ai cédé ; je me suis humilié à leurs volontés raisonnables ou déraisonnables , MALH. , le Traité des bienf. de Sénèque, III, 38 Absolument. Se rendre humble, s'abaisser.
Que celui qui s'humilie en votre présence ne soit pas renvoyé couvert de confusion , SACI , Bible, Psaum. LXXIII, 21
Notre grand maître a eu cette vertu [l'humilité] pendant sa vie ; mais, parce qu'il s'est humilié, il faut qu'il soit glorifié après sa mort , BOSSUET , Cornet.
Humilions-nous devant notre Dieu d'être coupables de ce crime énorme [l'idolâtrie] , BOSSUET , Panég. St Victor, I
....Il croit dans sa folie, Qu'il faut que devant lui tout d'abord s'humilie , BOILEAU , Sat. V
Aux pieds de l'Éternel je viens m'humilier , RAC. , Esth. I, 1
Vous voulez que le roi s'abaisse et s'humilie , RAC. , Mithr. III, 1
Ses paupières s'en humiliaient par pudeur , HAMILT. , Gramm. 7
Il s'est humilié sous la main de Dieu , MASS. , Or. fun. Louis XI
S'infliger des humiliations réciproques. Ils se sont tour à tour humiliés.
XIIe s.
De son fieu [fief] ne se daingne vers vous humelier , Rou, V. 4427
Charles le reconforte et vers lui s'umelie , Ronc. p. 197
De grant outrage faire nus hom ne monteplie [prospère], Ainz se monte et essauce qui son cuer humelie , Sax. XXXII
Li reis Henris idunc de tant s'umiliad, Que par s'umilité en plur [pleurs] tuz les turnad , Th. le mart. 161
Nostre sires est dreituriers, et humilierent sei devant nostre seignur , Rois, p. 296
XIIIe s.
Sagement s'est vers lui [le roi] Symons humiliés [a fait les salutations convenables] , Berte, CXX
Quant sa mere le vit si humilié, si fu meüte [mue] en pitiet , Chr. de Rains, 222
Renart voit bien ne puet guenchir, Ne nule part ne puet foïr ; Vers son oncle moult s'umelie, Et doucement merci li prie , Ren. 7731
XIVe s.
Se comme par aventure, se ung grant segneur estoit prins et se il se humiliet devant son adversaire par paour de mort , ORESME , Eth. 49
XVe s.
Adonc le roy [Alexandre le Grand] lui mesme alla prendre le chevalier entre ses bras, et l'ayda à mener en son pavillon, et l'assit en son propre siege, et le frota devant beau feu, et l'eschauffa pour le faire revenir ; et ainsi ce noble empereur humilia la grandeur de sa majesté par pitié et misericorde , Bouciq. IV, ch. 9
XVIe s.
Nous tenons nos entendemens captifs et les humilions, à ce qu'ils n'entreprennent point de s'eslever ou gronder contre l'authorité de Dieu , CALV. , Instit. 1118
Provenç. humiliar, umiliar, omeliar ; espagn. humillar ; ital. umiliare ; du lat. humiliare, de humilis (voy. HUMBLE). HUMILIER. 3Ajoutez : S'humilier d'une chose, en ressentir de l'humilité.
Croyez-moi, le trop ou le trop peu que vous dites ne vous nuira pas devant Dieu, si vous vous en humiliez , ST-CYRAN , à Singlin, dans STE-BEUVE, Port-Royal, t. I, p. 458, 3e éd.