HUMIDE

Prononciation : u-mi-d'
Nature : adj.

1Qui tient de la nature de l'eau (sens auquel il se dit surtout dans le style élevé et poétique).
Les humides contrées de l'air , ROTROU , St Genest, III, 2
Mais vous [roseau] naissez le plus souvent Sur les humides bords des royaumes du vent , LA FONT. , Fabl. I, 22
Il [le Rhin] voit fuir à grands pas ses naïades craintives Qui toutes accourant vers leur humide roi , BOILEAU , Ép. IV
Cependant sur le dos de la plaine liquide S'élève à gros bouillons une montagne humide , RAC. , Phèdre, V, 6 L'humide élément, l'eau. Les humides plaines, l'humide sein de l'onde, l'humide empire, la mer.
2Imprégné de vapeurs aqueuses. Un air humide. Un linge, une chambre humide.
Mme de Coulanges me disait l'autre jour : Quittez vos humides Rochers ; je lui répondis : Humide vous-même ; c'est Brévanes qui est humide , SÉV. , 602
Une humide froidure Aigrissait tout à coup les tourments que j'endure , M. J. CHÉN. , Fén. II, 3 Yeux humides, yeux mouillés de larmes.
Irai-je l'aborder.... L'oeil humide de pleurs par l'ingrat rebutés ? , RAC. , Phèdre, III, 3
Quelques pleurs s'échappaient de sa paupière humide , DUCIS , Oscar, I, 2
Sur un vaisseau rapide Vers la France entraîné, Il s'assied, l'oeil humide Et le front incliné , BÉRANG. , Exilé.
Un regard humide, se dit du regard d'un oeil qui est légèrement mouillé, ce qui lui donne quelque chose de doux et de brillant à la fois. Dans le langage vulgaire, cerveau humide, se dit de la membrane qui tapisse les narines quand elle abonde en mucosités. Tempérament humide, tempérament qui abonde en pituite.
3S. m. Terme de physique ancienne. Une des quatre premières qualités, opposée au sec. Le chaud et le froid, le sec et l'humide, sont les quatre principes actifs d'Aristote, ceux qui déterminent ses quatre éléments.
Ou que Bernier compose et le sec et l'humide Des corps ronds et crochus errant parmi le vide , BOILEAU , Ép. V Terme de l'ancienne médecine. L'humide radical, le fluide unique mais imaginaire qu'on supposait le principe de la vie des êtres organisés et le générateur de toute l'économie, ou le liquide qui, se rendant par la circulation aux divers tissus organiques, leur donne la consistance et la flexibilité convenables.
L'humide radical dans mon coeur se dissipe, Mon esprit s'en altère, et mon corps s'en constipe , SCARRON , D. Japhet, I, 4
Les anciens physiciens auraient dit qu'une chaleur excessive enlevait l'humide radical de la plante ; cette expression a passé de mode chez nos physiciens modernes : on pourrait néanmoins lui donner un sens très raisonnable , BONNET , Lett. div. Oeuv. t. XII, p. 46, dans POUGENS
Terme d'alchimie. Humide radical de la nature, le mercure préparé et purifié.
XVIe s.
Et sans craindre la froidure, Dessus l'humide verdure Bale au serain de la nuict , DU BELLAY , III, 80, verso.
Provenç. humid. humit ; esp. húmedo ; port. humido ; ital. umido ; du lat. humidus, de humor, humeur.