HUMBLE

Prononciation : un-bl'
Nature : adj.

1Qui a de l'humilité. Un homme humble. Une femme humble.
Apprenez de moi que je suis doux et humble de coeur, et vous trouverez le repos de vos âmes , SACI , Bible, Évang. St Math. XI, 29
Tout humble chrétien se contentera aisément de la même certitude sur la justice que sur le salut éternel , BOSSUET , Var. XV, § 154
Elle accomplit tous ses devoirs sans présomption, et fut humble non-seulement parmi toutes les grandeurs, mais encore parmi toutes les vertus , BOSSUET , Marie-Thérèse.
Peut-être n'est-il pas moins rare dans le siècle où nous sommes et jusque parmi ceux qui sont les plus sévères pour eux-mêmes, de trouver des hommes à couvert de l'orgueil et humbles d'esprit et de coeur , BOURD. , Sévér. évang. 2e avent, p. 438
Peut-être je devrais, plus humble en ma misère, Me souvenir du moins que je parle à son frère , RAC. , Mithr. I, 2
Humble dans le bonheur grand dans l'adversité, Dans la seule vertu trouvant la volupté , DESTOUCHES , Phil. marié, III, 3 Substantivement.
Un vrai humble est aussi soigneux de cacher son humilité que toutes ses autres vertus , BOURDAL. , Pensées, t. II, p. 147
Heureux donc les humbles de coeur ! , BOURDAL. , ib. t. II, p. 165
Il prend l'humble sous sa défense , RAC. , Esth. I, 5
Il entend les soupirs de l'humble qu'on outrage , RAC. , ib. III, 4
La grâce est réservée aux humbles, à ceux qui se défient... , MASS. , Carême, Fausse conf.
2Qui a le caractère de l'humilité, en parlant des choses. Une humble supplication.
Par de profonds respects, par d'humbles sacrifices , CORN. , Sertor. II, 4
Sa confession fut humble, pleine de componction et de confiance , BOSSUET , Louis de Bourb.
3Dont la déférence est excessive. Être humble devant les grands.
Demandez à ceux qui ont dans le coeur quelque passion violente, s'ils conservent quelque orgueil ou quelque fierté en présence de ce qu'ils aiment ; on ne se soumet que trop, on n'est que trop humble , BOSSUET , la Vallière.
Cet humble adorateur se déclare mon maître , RAC. , Alex. III, 1
4En termes de civilité. Faire de très humbles remercîments. Rendre de très humbles grâces. Assurer de ses très humbles respects. On termine souvent une lettre par ces mots : Votre très humble serviteur ; Votre très humble servante. Selon mon humble opinion, formule exagérée de modestie, assez souvent employée. 5Il se dit quelquefois pour modeste. D'humbles vertus.
Telle aimable en son air, mais humble dans son style, Doit éclater sans pompe une élégante idylle , BOILEAU , Art p. II
6Qui a peu d'apparence, peu d'éclat, peu de force. L'humble violette. Les humbles bruyères.
Cependant l'humble toit devient temple, et ses murs Changent leur frêle enduit aux marbres les plus durs , LA FONT. , Philém. et Baucis.
Touchée de ces sentiments [le renoncement aux grandeurs], elle aima cette humble maison [des religieuses de Sainte-Marie de Chaillot] plus que ses palais , BOSSUET , Reine d'Angl.
Le luxe n'y fait point d'outrages à l'humble médiocrité , LA MOTTE , Od. t. I, p. 185, dans POUGENS
Enfin de Mahomet les sublimes desseins Que n'ose approfondir l'humble esprit des humains , VOLT. , Fanat. II, 1 Il se dit, en un sens analogue, des personnes. L'humble laboureur. Absolument et poétiquement. L'humble toit, la demeure des paysans, des gens du peuple.
Ni l'or ni la grandeur ne nous rendent heureux ; Ces deux divinités n'accordent à nos voeux Que des biens peu certains, des plaisirs peu tranquilles ; Des soucis dévorants c'est l'éternel asile.... L'humble toit est exempt d'un tribut si funeste , LA FONT. , Phil. et Baucis.
On parlera de sa gloire Sous le chaume bien longtemps ; L'humble toit, dans cinquante ans, Ne connaîtra plus d'autre histoire , BÉRANG. , Souv. du peuple.
7Fig. Peu relevé. Remplir les fonctions les plus humbles. L'humble condition de gardeur de moutons.
Heureux qui satisfait de son humble fortune, Libre du joug superbe où je suis attaché.... , RAC. , Iphig. I, 1
Ces chaumes, ces déserts, où des pompes des rois Je vous vis descendue aux plus humbles emplois , VOLT. , Scythes, III, 4
8Terme d'anatomie. Muscle humble, le droit inférieur de l'oeil, à cause de son mode d'action sur le globe oculaire, qu'il abaisse. XIIe s.
....Le puissant seigneur Qui l'orguilus abat, met l'umble en sié [siége] haucur [plus haut] , Th. le mart. 74
XIIIe s.
Si doit estre [le prêtre] humeles, benignes, larges , DU CANGE , humilis.
XIVe s.
....Tous ceux qui sont blandiseeurs, humbles et serviables et veulent à chescun plere, il sont flateurs et de servile condicion , ORESME , Eth. 124
XVIe s.
....Qui aux humbles pardonne, Aux fiers porte rigueur , J. MAROT , V, 163
Et bon courage et espoir lui donras, Prestant l'oreille à son humble oraison , J. MAROT , IV, 246
Ce qui près toy me rend bas et humile , J. MAROT , III, 277
Demande à Marot tant habile Si humile Doibt pour humble (sic) en francoys , Crit. de Marot, VI, 93
Provenç. humil, omil ; esp. humilde ; ital. omile ; du lat. humilis, qui vient de humus, terre (voy. HUMUS).