HUCHER

Prononciation : hu-ché
Nature : v. a.

1Appeler.
La prêtresse en voix de fausset Devant la porte de l'église Hucha les gens du fils d'Anchise , SCARR. , Virg. VI
2Particulièrement, en termes de chasse, appeler en criant ou en sifflant. 3Se hucher, v. réfl. S'appeler l'un l'autre. XIIe s.
À haute voix commençai à huchier , Ronc. p. 164
Que que li felun l'unt feru et detrenchié, E del ferir se sunt durement esforcié, N'aveit brait, ne groni, ne crié, ne huchié, Ne pié ne main n'aveit à sei trait ne sachié , Th. le mart. 150
XIIIe s.
Symons huche sa femme, Constance o le cors gent , Berte, XLVII
Li mestre qui prent aprentiz, il doit huchier au convenances du marché deux des mestres et deus des vallés por oïr les convenances faites entre le mestre et l'aprentiz , Liv. des mét. 62
Quant chascuns a chape forrée, Et de denier la grant borsée, Les plains coffres, la plaine huche, Ne li chaut qui por Dieu le huche, Ne qui riens par Dieu li demande , RUTEB. , 221
XVe s.
Il commence à huchier : portier, avalle ton pont, laisse moy entrer dedans , Perceforest, t. I, f° 49
XVIe s.
Je me tiendray prez, huschant en paulme, je me rendray à vous , RAB. , Garg. I, 6
Wallon, houkî ; Hainaut, huker ; picard, huquer ; Berry, hucher, appeler, crier ; provenç. huchar, uchar, ucar ; bas-latin, huccus, uccus (qui ad ipsos uccos cucurrerunt). Diez le tire de l'adverbe latin huc, ici : de sorte que hucher serait appeler ici, faire venir ici. Le bas-latin huccus, cri d'appel, donne grand crédit à cette étymologie. Ce mot se trouve aussi dans le germanique : ancien flamand, hunc ; et dans le celtique : kimry, hwchw.