HOUSPILLER

Prononciation : hou-spi-llé, ll mouillées, et non hou-spi-yé
Nature : v. a.

1Tirailler et secouer quelqu'un pour le maltraiter, pour le tourmenter.
En remarquez-vous cinq ou six qui houspillent une espèce de manoeuvre qui a été emprisonné aujourd'hui ? , LESAGE , Diable boiteux, ch. 7, dans POUGENS
On ne pouvait entrer aux spectacles sans être bourré par ses soldats [du roi de Prusse], à moins qu'on n'eût quelque pauvre marque qui mît à l'abri ; demandez à Darget comme il fut un jour repoussé et houspillé ; il avait beau crier : je suis secrétaire ; on le bourrait toujours , VOLT. , Lett. d'Argental, 3 déc. 1757 Fig.
Un malheur continuel [au jeu] pique et offense ; on hait d'être ainsi houspillé par la fortune , SÉV. , 125
2Fig. Maltraiter quelqu'un de paroles, le réprimander avec aigreur, avec malice.
Il se trouva là le marquis de Condorcet, qui l'a surtout houspillé de la bonne sorte , BACHAUMONT , Mém. secrets, t. XXXII, p. 249
3Se houspiller, v. réfl. Se tourmenter l'un l'autre. Ils se sont houspillés vivement. XIIIe s.
Onques nus hons, tant fust chaitis, N'en terre de sarrazins pris, Ne fu si bien houcepingniez Con Renart fu et laidengiez , Ren. 7761
Li lous le prent par grant aïr ; à dans le houcepaingne et mort , ib. 24488
XIVe s.
Ils vinrent courir sus au dit Raguet et tellement le houspignerent par le chaperon, qu'il perdist leans sondit chaperon , DU CANGE , housia.
XVe s.
Jacques le Leu dist aux supplians que se il les avoit houssepillié, encores les houssepilleroit il , DU CANGE , ib.
Norm. gouspiller. Diez conjecture qu'il dérive de l'anglo-saxon hyspan, injurier ; Chevallet, de l'anglo-saxon utspillen, maltraiter, de ut, ute, hors, et spillen, spillan, gâter, détruire. Scheler croit que gouspiller est la forme primitive, et est disposé à le rattacher au latin cuspicula, pointe, aiguillon, de sorte que gouspiller, houspiller serait aiguillonner. Mais il est possible d'arriver à quelque chose de plus plausible. La forme ancienne est houcepigner ; la forme subséquente est houssepiller ; on doit donc y voir le mot housse, houce, composé avec pigner ou piller ; et le tout signifiera peigner ou piller [saisir] la housse, le vêtement de dessus, et, figurément, battre, tourmenter, secouer ; c'est ainsi qu'on dit populairement tomber sur le casaquin de quelqu'un.