HOUPPE

Prononciation : hou-p'
Nature : s. f.

1Assemblage de fils de laine, de soie, formant un bouquet, une touffe. La houppe d'une ceinture. Une houppe à poudrer. Terme de blason. Touffe de soie qui termine un cordon de soie entrelacé et pendant du chapeau ; elle sert de timbre au chapeau des cardinaux, archevêques, évêques et protonotaires. 2Terme de zoologie. Flocon de plumes que certains oiseaux portent sur la tête. Petite touffe étalée de poils en quelque partie du corps d'un animal. Terme de botanique. Petite touffe de poils étalés à l'extrémité d'une graine. 3Par extension, chez les hommes, touffe de cheveux sur le devant de la tête. Riquet à la houppe, Conte de Perrault. 4La houppe d'un arbre, sa tête, son faîte, sa cime. 5Terme d'anatomie. Houppes nerveuses, les terminaisons des nerfs formant les papilles. Houppe du menton, petit muscle épais situé au menton. 6Toison lavée et préparée pour être filée. 7Bout de fil d'or, d'argent ou de ruban effilé qui déborde le fer de l'aiguillette. 8Houppe blanche, houppe des arbres, divers champignons. XVe s.
Une troussouere d'or faicte à corde lieres, où il y a au bout une houppe d'or et à l'autre bout un crochet , Bibl. des ch. 6e série, t. I, p. 428
XVIe s.
Et les picques de Byscaye, aux poignées de velours, houppes de franges de soye , CARLOIX , v, 32
Il est necessaire que toutes alouettes aient la houppe sur la teste, comme dit Simonides , AMYOT , Timol. 48
Arbres montans en houpe [s'élevant] , Nouv. coust. gén. t. I, p. 694
Le même que huppe ; wallon, hope, houpe, sorte de houppe qui vient à l'extrémité des fèves ; norm. choupe, houppe.