HOROSCOPE

Prononciation : o-ro-sko-p'
Nature : s. m.

1Le point de l'écliptique qui se trouve à l'horizon quand un enfant naît.
La superstition, qui persuada que les événements sont liés aux phénomènes célestes et ramenés périodiquement avec eux, fit croire que le point de l'écliptique qui se lève lors de la naissance d'un enfant, devait présager sa destinée future ; cette erreur rendit célèbre ce point, qu'on nomma l'horoscope , FRANCOEUR , Uranographie, n° 229
2Connaissance que les astrologues prétendaient tirer, pour l'avenir, de la situation où se trouvent les planètes et certaines étoiles, au moment de la naissance d'un homme ou d'une femme.
Charlatans, faiseurs d'horoscope, Quittez les cours des princes de l'Europe, Emmenez avec vous les souffleurs tout d'un temps ; Vous ne méritez pas plus de foi que ces gens , LA FONT. , Fabl. II, 13
Je ne veux plus faire de ces actions sans faire tirer l'horoscope de ceux pour qui je les fais , SÉV. , 174
L'on souffre dans la république les chiromanciens et les devins, ceux qui font l'horoscope et qui tirent la figure, ceux qui connaissent le passé par le mouvement du sas... , LA BRUY. , XIV
On ne peut trop répéter qu'Albert le Grand et le cardinal d'Ailli ont fait tous deux l'horoscope de Jésus-Christ ; ils ont lu évidemment dans les astres par quel genre de mort il devait finir ; mais, malheureusement, ces deux savants astrologues n'ont rien dit qu'après coup , VOLT. , Dict. phil. Astronomie.
3Fig. Ce qu'on prédit par simple conjecture sur une personne ou sur une chose.
Vous ne changerez point, écoutez Calliope [Bourbon-Conti] ; Elle a pour votre hymen dressé cet horoscope , LA FONT. , Poésies mêlées, 62
Il n'est pas difficile de faire l'horoscope d'un mari qui a épousé sa femme en dépit d'elle , DANCOURT , Colin-maillard, sc. 2
Le genre d'horoscope a été longtemps incertain ; les grammairiens du XVIIIe siècle le disaient des deux genres (L'horoscope de quelqu'un qui naît dans une aussi mauvaise fortune que la mienne se fait toute seule, STAAL, Mém. t. I, p. 256, édit. 1821) ; aujourd'hui, il est masculin. XVIe s.
En ceste maniere disent les mathematiciens un mesme horoscope estre à la nativité des rois et des sots , RABEL. , dans le Dict. de DOCHEZ.
Terme dérivé du mot grec signifiant heure, et verbe grec traduit par examiner. Nom d'un prêtre égyptien qui marchait après le chantre et tenait en main une horloge et une palme, symboles de l'astronomie. En grec (voy. HOROSCOPE 1). Diderot nomme horoscopistes ces horoscopes.