HORLOGER

Prononciation : or-lo-jé ; l'r ne se lie jamais ; au pluriel, l's se lie : des or-lo-jé-z habiles
Nature : s. m.

Celui qui fait, qui répare les horloges, les pendules, les montres.
Les horlogers prétendent qu'ils ne doivent point le droit pour leurs boîtes de montres , Arrêt du Cons. 13 mai 1673
Mon père, après la naissance de mon frère unique, partit pour Constantinople, où il était appelé, et devint horloger du sérail , J. J. ROUSS. , Confess. I S. f. Horlogère, la femme d'un horloger.
Ménage recommande de ne pas dire horlogeur, qui était usité de son temps et dans le siècle précédent :
Tant lesdits orfévres que les fourbisseurs, orlogeurs, fondeurs, et autres qui employent les matières d'or et d'argent , Règlement du 30 déc. 1679
On court à l'horlogeur ; elle [l'horloge] demande en grâce Qu'il la tire de ce malheur , LA FONT. , Oeuvres inédites publiées par Paul Lacroix (1863), p. 17 On disait aussi horlogier :
N'ayant point d'horlogiers au lieu de sa demeure , CORN. , Ment. II, 5
XIVe s.
À nostre amé orlogeur, Pierre de Sainte Bealté , DE LABORDE , Émaux, p. 415
XVe s.
Encores poet moult bien selonz m'entente Li orlogiers, quant il en a loisir, Faire sonner les clochetes petites, Sans derieuler [dérégler] les heures dessus dites , FROISS. , Poésies mss. p. 67, dans LACURNE
XVIe s.
....à fin que chacun serrurier ou horologeur les puisse entendre, et faire bras ou jambes artificielles semblables , PARÉ , XVII, 12
Horloge.