HOQUETON

Prononciation : ho-ke-ton
Nature : s. m.

1Casaque brodée que portaient les archers du grand prévôt, du chancelier, etc. et aussi les gardes de la manche. Par extension, archer qui était revêtu du hoqueton, bas officier de ville.
L'on méditait quelque chose contre le public, on voyait aller et venir des hoquetons , RETZ , II, 138
Mme la duchesse s'avisa d'en envoyer enlever [des ouvriers] par des hoquetons de chez le duc de Rohan , SAINT-SIMON , 51, 105
Le chancelier Séguier se transportait au parlement, précédé d'un lieutenant et de plusieurs hoquetons , VOLT. , Louis XIV, 4
2Casaque, en général.
Il mourut, et c'est tout vous dire.... J'en ai pris le noir hoqueton , SCARR. , Virg. III
Il s'habille en berger, endosse un hoqueton , LA FONT. , Fabl. III, 3
XIIe s.
Blanche [il] ot la barbe aussi come auqueton , Ronc. p. 125
XIIIe s.
D'un dart envenimé [il] feri le prou Odon, Qu'il li fausa l'auberc en après l'auqueton, Dedens le cors li trenche le foie et le pormon , Ch. d'Ant. VIII, 910
Bien chaucié et vestu d'un paile d'auqueton , ib. VII, 757
XVe s.
Mais perça la targe, les plates et l'auqueton, et lui entra dedans le corps et poignit droit au coeur , FROISS. , I, I, 113
Leur vestirent blanches chemises et leurs hocquetons dessus et leurs haubers , Perceforest, t. I, f° 87
XVIe s.
Qui a le loup pour compaignon, porte le chien sous l'hocton , COTGRAVE ,
Provenç. alcato ; esp. algodon, alcoton ; port. alcotô. Il y a dans l'ancien français houque, sorte de cape, et des étymologistes ont tiré de là hoqueton. Mais, outre qu'une telle dérivation ne serait pas très facile, elle est mise à néant par les formes auqueton, alcoto, algodon, qui conduisent à l'arabe : article al, le, et coton (voy. COTON). Remarquez en confirmation que, dans plusieurs passages de l'historique, auqueton a le sens d'étoffe, non de casaque.