HONNIR

Prononciation : ho-nir
Nature : v. a.

1Faire honte à quelqu'un, blâmer en faisant honte. On le honnira s'il abandonne son parti. Sa conduite a été partout honnie.
Je suis comme ces Grecs qui renonçaient à la cour du grand roi pour venir être honnis par le peuple d'Athènes , VOLT. , Lett. Maupertuis, 16 oct. 1743
Par leur belle détrompée Les félons seront honnis , V. HUGO , Odes, IV, 12 Absolument.
On ne l'écoutait pas, on sifflait, on honnissait, on bafouait , DIDEROT , Salon de 1767, Oeuv. t. XV, p. 157, dans POUGENS
2Couvrir de honte, déshonorer.
Quoi ! ne tient-il qu'à honnir des familles ? Pour vos ébats nous nourrirons nos filles ? , LA FONT. , Berc.
Au retour d'une campagne, ces drôles-là ne s'embarrassent non plus de honnir une femme de robe... , DANCOURT , Vacances, sc. 8
HONNIR, BAFOUER, VILIPENDER. Honnir, c'est faire honte. Dans bafouer, l'idée de quelque chose de honteux n'existe pas ; c'est celle de moquerie outrageante qui y domine. Vilipender, c'est traiter comme quelqu'un ou quelque chose de vil. XIe s.
Par quel mesure le peüssions hunir , Ch. de Rol. XLVIII
XIIe s.
Se vus nel delivrez, nus sumes mal bailli ; Li reis et saint iglise e nus iermes [serons] huni , Th. le mart. 42
Outre, cuivers ! [que] li cors Deu te honnie , Ronc. p. 58
XIIIe s.
Honnis soit-il [Quesnes de Béthune] et ses preechemens, Et honis soit qui de lui ne dit fi ! , HUES D'OISI , Romancero, p. 103
Alons à eux.... et leur prions, por Dieu, qu'il aient pitié d'eus meismes tout avant et de nos après, et qu'il ne se honissent mie ne toillent [n'empêchent] la rescousse de la sainte terre d'outre-mer , VILLEH. , XVIII
Or somes nous honis, se nos ne leur aidons à prendre , VILLEH. ,
Que du cors [je] me laissasse honnir ne vergonder [il s'agit d'une femme] , Berte, XLIII
Et je soie honnie se je bien ne vous paie , ib. LVIII
Cels serve ot en France la terre si honnie [maltraitée, affligée] , ib. LX
Or vous dirons dou mauvais roi Jehan d'Engletere, qui honnissoit ses homes et gisoit avec les femmes et avec les filles , Chr. de Rains, 154
Une autre maniere d'aliances ont esté fetes moult de fois, par lesqueles moult de viles ont esté destruites et maint segneur honni et desherité , BEAUMANOIR , XXX, 63
Nulz chevaliers ne poures ne riches ne peut revenir [de la terre sainte] que il ne soit honni, se il laisse en la main des Sarrazins le peuple menu nostre Seigneur en laquelle compaingnie il est alé , JOINV. , 255
XVe s.
Ces deux avec leurs compagnons honnissoient et gastoient tout le pays de là entour... , FROISS. , I, I, 176
Il est si honny de boue, qu'il n'a en luy nulle congnoissance [qu'il n'y a en lui rien qui le fasse reconnaître] , Perceforest, t. I, f° 59
XVIe s.
Mais est il riens qui princes tant honnisse [que l'avarice] ? , J. MAROT , V, 202
[Il faut que l'âme] S'estant infuse en la chair corporelle, Elle se souille et honnisse aux pechez Dont les humains ont les corps entachez , RONS. , 645
[Childéric] luy honnira sa femme Pour le loyer de l'avoir bien reçeu , RONS. , 647
Provenç. aunir ; de l'anc. haut allem. hônjan ; allemand mod. höhnen, moquer, faire honte.