homerique

Prononciation : o-mé-ri-k'
Nature : adj.

1Qui a rapport à Homère.
L'Angleterre jalouse et la Grèce homérique, Toute l'Europe admire [les Journées de Juillet] , V. HUGO , Crép. I
Montés au même char, comme un couple homérique, Nous tiendrons pour lutter dans l'arène lyrique, Toi la lance, moi les coursiers , V. HUGO , à Lamartine. Hymnes homériques, se dit des hymnes à Vénus, à Apollon, etc. que l'on place ordinairement à la suite des poëmes d'Homère. Sorts homériques, divination qui se pratiquait en ouvrant un poëme d'Homère au hasard, et en prenant le premier vers comme un oracle. Rire homérique, rire très bruyant et de bon coeur, ainsi dit à cause du rire qu'excita parmi les dieux Vulcain le boiteux servant d'échanson (voy. le 1er chant de l'Iliade).
À cette pompeuse déclaration, un rire homérique s'empara de tous les assistants , CH. DE BERNARD , la Chasse aux amants, § III
2Qui est partisan d'Homère.
Perrault l'antipindarique Et Despréaux l'homérique Consentent à s'embrasser , BOILEAU , Épigr. XXIX.
M. de Bitaubé l'homérique est venu à Ferney comme Ulysse alla voir les ombres dans l'Odyssée ; je n'ai jamais été si ombre qu'à présent , VOLT. , Lett. d'Alembert, 102, 27 oct. 1777
En grec, terme dérivé du mot signifiant Homère.