HOLOCAUSTE

Prononciation : o-lo-kô-st'
Nature : s. m.

1Chez les Juifs, sacrifice où la victime était entièrement consumée par le feu.
Abraham, levant les yeux, aperçut derrière lui un bélier qui s'était embarrassé avec ses cornes dans un buisson, et, l'ayant pris, il l'offrit en holocauste au lieu de son fils , SACI , Genèse, XXII, 13 Fig.
Quiconque fait la volonté d'autrui par un renoncement sincère à la sienne, fait une excellente oraison et un sacrifice d'holocauste qui monte en odeur de suavité jusqu'au trône de Dieu , BOSSUET , Serm. Oblig. de l'état relig. 3
Notre sacrifice n'est point un simple sacrifice, mais c'est un holocauste où toute la victime doit être consommée , BOURD. , Pensées, t. II, p. 427
Consumez, transportez, anéantissez mon coeur, faites-en l'holocauste parfait , FÉN. , t. XVIII, p. 306
2La victime ainsi sacrifiée. Mettre l'holocauste sur l'autel. 3Sacrifice en général. Jésus-Christ s'est offert en holocauste pour nos péchés. Au XVIIe siècle, holocauste était indifféremment masculin ou féminin :
Ces saintes holocaustes ne sont plus des holocaustes, s'il en reste quelque chose , PATRU , Plaidoyer 15, dans RICHELET
XIIe s.
Holocaustes dist altant [autant] com toz arz [brûlé] , Job, p. 443
En grec, terme dérivé de entier, et brûlé.