HOIR

Prononciation : oir
Nature : s. m.

Terme de pratique. Synonyme d'héritier.
Nous signâmes deux oppositions à ce que nul hoir mâle sorti du feu maréchal de Luxembourg ne fût reçu au parlement en qualité de pair de France , SAINT-SIMON , 26, 45
Il lui semblait que, sous les hoirs de saint Louis, un évêque marié ne serait jamais sûr de sa place , CHATEAUB. , Mém. t. VI, p. 435
Recomposez un peu l'ancien fief, et que chaque portion retourne du propriétaire laboureur à ce bon seigneur adoré de ses vassaux, pour être substitué à lui et à ses hoirs, de mâle en mâle, à perpétuité ; ses hoirs ne laboureront pas, ses vassaux peu , P. L. COUR. , Lett. V Terme d'ancienne jurisprudence. Hoir de quenouille, fille qui hérite.
XIe s.
Et Jurfaret qu'est ses filz et ses heirs , Ch. de Rol. XXXVII
XIIe s.
Li oir qui en issirent [du mariage] furent fier et felon , Sax. III
Et jo te di devant que heirs te durrai [donnerai] , Rois, p. 144
XIIIe s.
Comme droit hoir de France [ils] font Pepin couroner , Berte, III
Se, après, mes parens moroit sans hoir de son cois , BEAUMANOIR , VI, 20
On doit savoir que tuit cil sont loiel oir, qui sont nés et conceus en loiel mariage , BEAUMANOIR , XVIII, 2
Bien savés que par maulvais hoir Dechieent [déchoient] viles et manoir , LEROUX DE LINCY , Prov. t. II, p. 250
Ce roy Richart pourchassa tant que il donna au conte Henry de Champaigne qui estoit demouré avec li, la royne de Jerusalem, qui estoit droit her [héritière] du royaume , JOINV. , 203
Dieu, qui vous meut à ce vouloir ? Pour quel cause offristes vous l'oir De paradis à mort pour homme ? , J. DE MEUNG , Trés. 386
XVe s.
Ainssy fu le commencement de celle noble nacion françoise, couronnée d'ancienne noblece, laquelle, Dieux mercis, d'hoir en hoir est continuée , CHRIST. DE PISAN , Charles V, I, 5
Provenç. her, du latin heres, héritier. Heres, héritier, et herus, maître, sont le même mot et tiennent au radical sanscrit har, prendre.