HIATUS

Prononciation : i-a-tus'
Nature : s. m.

1Terme de versification grecque et latine. Rencontre de voyelles. Quand deux voyelles se rencontraient dans un vers, l'une à la fin d'un mot, l'autre au commencement du mot suivant, la première ne comptait pas dans la mesure du vers ; c'était la règle chez les Romains, et elle était beaucoup plus étroite que chez les Grecs ; mais, quand les poëtes avaient besoin, pour la mesure du vers, de compter cette dernière syllabe, on disait qu'ils faisaient un hiatus. 2Dans la langue française, son produit par la rencontre, sans élision possible, de deux voyelles dont l'une finit un mot, et l'autre commence le mot suivant. Il y a des hiatus choquants, il y en a d'agréables.
Notre poésie même me paraît ridicule sur ce point ; on rejette : j'ai vu mon père immolé à mes yeux ; et on admet : j'ai vu ma mère immolée à mes yeux, quoique l'hiatus du second vers soit beaucoup plus ridicule , D'ALEMB. , Lett. à Voltaire, 11 mars 1770
Ne devrait-on pas dire que c'est une puérilité, et souvent un défaut contraire à la simplicité et à la naïveté du style, que le soin minutieux d'éviter les hiatus dans la prose comme le pratique l'abbé de la Bletterie ? , D'ALEMB. , ib.
Vous serez bien aises de savoir que j'arrivai ici hier (voilà un affreux hiatus dont je vous demande pardon) , P. L. COUR. , Lett. I, 305 Demi-hiatus, rencontre de deux voyelles dissimulée par une élision ; par exemple, la joie éclate en ses yeux.
3Fig. Lacune dans un ouvrage. Endroit d'une pièce de théâtre où la scène reste vide. Interruption dans une généalogie. 4Nom donné par les anatomistes à quelques ouvertures. Dans la Comédie des Académiciens, I, 2, Saint-Évremond fait dire à Godeau, à propos de ses vers : Manqué-je en quelque endroit à garder la césure ? Y peut-on remarquer une seule hiature ? dans l'édition revue par l'auteur ; la première, celle de 1650, donne rature au lieu de hiature. HIATUS, BÂILLEMENT. Hiatus signifie, en latin, bâillement. Dumarsais a donc eu raison de dire que ces deux mots étaient synonymes. La seule différence, c'est qu'aujourd'hui hiatus est plus en usage que bâillement. Lat. hiatus, de hiare, être béant, parce que la bouche s'ouvre dans l'hiatus.