HENNIR

Prononciation : ha-nir
Nature : v. n.

Il se dit du cheval quand il fait son cri ordinaire.
Ils sont devenus comme des chevaux qui courent et qui hennissent après les cavales ; chacun d'eux a poursuivi de même avec une ardeur furieuse la femme de son prochain , SACI , Bible, Jérémie, V, 8
Les seigneurs s'étant trouvés le lendemain au rendez-vous, le cheval de Darius ne fut pas plutôt dans l'endroit où il avait senti la cavale, qu'il hennit : sur quoi Darius fut salué roi par les autres, et placé sur le trône , ROLLIN , Hist. anc. Oeuv. t. II, p. 343, dans POUGENS
On prétend que les chevaux auxquels on a fendu les naseaux ne peuvent plus hennir ; je n'ai pas été à portée de vérifier le fait , BUFF. , Cheval.
On a vu des chevaux abandonnés dans les bois hennir continuellement pour se faire entendre , BUFF. , ib.
On a remarqué que les chevaux qui hennissent le plus souvent, surtout d'allégresse et de désir, sont les meilleurs et les plus généreux , BUFF. , ib.
Renversée, entraînée, à ce choc qui l'étonne, De ses preux chevaliers la troupe l'abandonne, Et son coursier, blessé, hennissant, furieux, Se cabre, se tourmente et l'emporte avec eux , MASSON , Helvét. III
Hennis d'orgueil, ô mon coursier fidèle, Et foule aux pieds les peuples et les rois , BÉRANG. , Ch. du cosaque. Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.
XIe s.
Cil d'Ociant i braient et henissent , Ch. de Rol. CCLVII
XIIe s.
Li sors Geris le destrier pormena ; Trois fois se viutre [vautre], sor les piés se leva ; Si fort heni que la terre sonna , Raoul de C. 133
XIIIe s.
Et seulement un palefroi, Qui ne hanisse par effroi, M'amenez, et sus une selle Pour chevauchier à damoiselle , Bl. et Jeh. 1685
Son poitral li laça qui fu de cuir bolis, à une grant estache l'aresna d'un jarris, Li chevaus grate et hene ; moult fait grant pestelis [piétinement] , Ch. d'Ant. IV, 191
XVe s.
Je ne hanis pour autre avoine, Que de m'en retourner à Blois ; Trouvé me suis pour une fois Assez longuement en Touraine , CH. D'ORL. , Rondeau.
XVIe s.
En cestuy bruyt fiffres, tabours sonnoient, Trompes, clerons, et chevaulx hanissoient , J. MAROT , V, 29
Berry, hannir, du latin hinnire.