HARMONICA

Prononciation : ar-mo-ni-ka
Nature : s. m.

1Primitivement, instrument de musique inventé en Allemagne, se composant de cloches ou tasses de verre qui contenaient de l'eau à des niveaux différents et qu'on faisait vibrer en passant dessus le doigt mouillé ; il fut perfectionné considérablement par Franklin, qui lui donna plus de sonorité en plaçant les coupes de verre dans un cylindre horizontal qu'une roue, mise en mouvement par le pied du joueur, pouvait faire tourner.
Entendait-il [Franklin] des sons produits par des verres mis en vibration, il remarquait que ces sons différaient selon la masse du verre et selon le rapport de celle-ci à sa capacité, à son évasement et à son contenu ; de toutes ces remarques, il résultait un instrument de musique, et Franklin inventait l'harmonica , MIGNET , Vie de Franklin, I, 6
2Aujourd'hui, tout instrument à touches de verre, voy. GLASS-CORD. 3Harmonica à cordes, instrument à clavier, inventé en 1788, c'est un piano accordé et uni avec une espèce d'épinette qu'on peut jouer avec le piano. 4Harmonica chimique, lampe philosophique consistant en une fiole où se dégage de l'hydrogène, surmontée d'un tube effilé recouvert d'un autre tube de verre, lequel est mis en vibration par la flamme de l'hydrogène brûlant. Chateaubriand a fait, contre l'usage, harmonica du féminin : L'oreille d'un mortel croirait ouïr les plaintes d'une harmonica divine, Natch. IV. Voy. HARMONIE.