HARIDELLE

Prononciation : ha-ri-dè-l'
Nature : s. f.

1Terme familier. Mauvais cheval maigre.
Ce pauvre cheval.... broncha si rudement que M. le curé s'en éveilla, et sa nièce tomba du brancard sur la maigre croupe de la haridelle , SCARRON , Rom. com. I, 14
Il [l'abbé d'Estrées] a un petit bénéfice auprès de Ferney ; il vint se faire recevoir prieur, il y a un an, en grande pompe, monté sur une haridelle , VOLT. , Lett. d'Alembert, 19 déc. 1764
Contraignant ainsi [à grands coups de fouet] ses maigres haridelles de lutter, au risque d'y périr, contre le fringant attelage de la marquise , CH. DE BERNARD , un Homme sérieux, § XVIII
2Fig. et par mépris. Femme grande, sèche et maigre, dont l'extérieur est désagréable.
Il met son ambition et ses désirs à la conquête de cette haridelle de Churchill , HAMILT. , Gramm. 10
XVIe s.
Le voyant estre seul, il le desmonta gaillardement, puis montant sur son aridelle.... , DES ACCORDS , Bigarr. équiv. françois.
Meschante haridelle de cheval , PASQUIER , Lett. t. I, p. 724
Wallon, haridèle, personne frivole, légère, harote, haridelle, rosse ; Hainaut, haroute, haridelle ; norm. harousse, haridelle, harin, mauvais cheval ; angl. harridan, haridelle. Origine inconnue.