HARDES

Prononciation : har-d'
Nature : s. f. pl.

Tout ce qui est d'un usage ordinaire pour l'habillement. De vieilles hardes. De bonnes hardes.
[Incommodité qui] diminue beaucoup le plaisir qu'ont les comédiens d'être quelquefois empereurs et impératrices, et d'être appelés beaux comme le jour quand il s'en faut plus de la moitié, et jeune beauté, bien qu'ils aient vieilli sur le théâtre, et que leurs cheveux et leurs dents fassent une partie de leurs hardes , SCARR. , Rom. com. I, 8
Va faire apporter mes hardes à l'hôtellerie ; surtout cache bien qui je suis , HAUTEROCHE , le Cocher, sc. 7
XIIe s.
De poures fardes se vesti , Rou, ms. p. 182, dans LACURNE, au mot farde (l'édition par Frédéric Pluquet, Rouen 1827, écrit fardres, v. 6811).
Berry, harde ; reprendre sa harde, remettre son habit. On le tire de hart, les hardes étant un paquet qu'on lie avec la hart. Mais cela est subtil et sans appui. L'ancien fardes, qui signifie hardes, met sur la voie : hardes est dit pour farde, comme hardel pour fardeau, et veut dire ce qui charge (voy. FARDEAU).