HARANGUEUR

Prononciation : ha-ran-gheur
Nature : s. m.

1Celui qui harangue.
Si je m'étais trouvé plus près Des harangueurs et des harangues, Vous auriez en vers quelques traits De ce qu'ont dit ces doctes langues , LA FONT. , Lett. 1
On paye partout un certain nombre de harangueurs pour célébrer ces journées meurtrières [les victoires] , VOLT. , Dict. phil. Guerre.
2Fig. et familièrement. Celui qui parle beaucoup, celui qui fait des réprimandes sur toutes choses.
Et qu'on lui met en tête un maudit harangueur Qui m'aurait à la fin fait mourir de langueur , SCARR. , D. Japhet d'Arm. III, 4
Beau père, je suis las D'entendre un harangueur à qui je ne plais pas , TH. CORN. , D. Cés. d'Avalos, V, 4
Des harangueurs du temps l'ennuyeuse éloquence , BOILEAU , Sat. VIII
Attendez, madame, que j'interroge un peu ce harangueur , MARIVAUX , Serm. indiscr. I, 3
3S. f. Harangueuse, femme qui harangue. XVIe s.
La compagnie eut contentement du harangueur de la noblesse , D'AUB. , Hist. II, 247
Haranguer ; bourguig. hairangou.