HANTISE

Prononciation : han-ti-z'
Nature : s. f.

Action de hanter ; commerce familier.
Éraste, amoureux de Mélite, la fait connaître à son ami Tircis, et, devenu puis après jaloux de leur hantise.... , CORN. , Mélite, Argument.
Il ne sera point dit qu'une longue hantise Chez moi vous fera prendre aucun droit de maîtrise , HAUTEROCHE , Bourg. de qual. V, 2
Isabelle pourrait perdre dans ces hantises Les semences d'honneur qu'avec nous elle a prises , MOL. , Éc. des mar. I, 4
XVe s.
La hantise fait l'amour , FROISS. , II, III, 40
En ce temps, messire Jacques de Harcourt, qui se tenoit au Crotoy et faisoit guerre aux Anglois, s'abstint fort d'avoir hantise de communication avec le duc de Bourgogne , MONSTRELET , I, 251
Il se pourra assez apercevoir, s'il n'est pas trop beste, que sa hantise continuelle ne lui plait pas , LOUIS XI , Nouv. LII
XVIe s.
Experience et hantise du monde , CHARRON , Sagesse, p. 170, dans LACURNE
Sa hantise [du souverain] soit rare ; car beaucoup se monstrer et se communiquer ravalle la majesté , CHARRON , ib. p. 409
Hanter. L'ancienne langue disait hant (hant de femme, Rois, p. 83), et hantin (hantins de gelines et de poussins, Ren. 13021). HANTISE. Ajoutez : - HIST. XIVe s.
Car n'est tresors d'or ne d'argent Qui vaille hantise à bonne gent , Dits de Watriquet de Couvin, p. 71