HANCHE

Prononciation : han-ch'
Nature : s. f.

1Partie du corps qui est formée par l'évasement de l'os iliaque et les parties molles environnantes, et qui se continue avec la cuisse par l'articulation du fémur ou os de ce membre. Avoir les poings sur les hanches.
Mais souvent sa main sur sa hanche Faisait bien voir ce qu'elle était , SCARRON , Oeuv. t. I, p. 307 Avoir de la hanche, avoir les hanches prononcées. Cette femme n'a point de hanches. Luxation de la hanche, luxation dans laquelle la tête du fémur sort de la cavité de l'os iliaque.
Harcourt s'était démis une hanche d'une chute qu'il fit du rempart de Luxembourg en bas , SAINT-SIMON , 116, 16
Terme d'escrime. Se mettre sur la hanche, se mettre en garde ; et fig. prendre une attitude agressive. Fig.
L'écueil aux hanches énormes , V. HUGO , Crépusc. 26
2Terme de manége. Le train de derrière d'un cheval, depuis les reins jusqu'au jarret. Ce cheval a de belles hanches, les hanches hautes.
Le cheval doit être sur la hanche, c'est-à-dire hausser les épaules et baisser la hanche en marchant , BUFF. , Quadrup. t. I, p. 30 Rabaisser les hanches, forcer un cheval qui plie les jarrets de devant à se redresser en baissant la croupe. Traîner les hanches, se dit de l'action d'un cheval qui change de pied en galopant, ou qui galope faux. Hanche gagnée, se dit lorsque le cavalier est parvenu à diriger les hanches. Mettre un cheval sur les hanches, le dresser, en sorte qu'il se soutienne sur le derrière en galopant. Cheval allant sur les hanches, paré sur les hanches, cheval qui se soutient sur le derrière en galopant.
3Terme de boucherie. Hanche ou maille, maniement pair ou double, commun aux deux sexes, situé à l'angle antérieur et externe de l'ilium. 4Chez les insectes, partie de la région inférieure de la poitrine et du corselet qui reçoit la cuisse ou la première pièce des pattes antérieures, moyennes et postérieures des insectes. 5Terme de marine. La partie arrondie du vaisseau qui, du flanc, s'étend à l'arrière où se forment les fesses. Canonner un vaisseau par la hanche. Hanche du vent, celle qui est du côté exposé au vent ; hanche sous le vent, l'autre. 6La partie arrondie d'un vase qui unit le fond aux parois. La hanche d'une chaudière. XIIIe s.
Goutes de hankes, de genous et des piés , ALEBRANT , f° 20
Torz fu e de piez et de hanches, Et si vos di en ses deus manches N'avoit pas deus aunes de drap , Ren. 22739
Grailles les flancs, basses les hances, Moult li siet bien sa destre mance , Fl. et Bl. 2907
XIVe s.
Le quel Guillaume abati à terre le dit Laurens du tour d'une haute hanche [sorte de croc en jambe] , DU CANGE , hancha.
XVe s.
Paine mectrai, d'entente franche, Que l'ayez de croq ou de hanche , CH. D'ORL. , Reponse à Fredet.
Bourguig. ainche ; provenç. espagn. portug. et ital. anca ; de l'anc. h. allem. ancha, jambe, d'après Diez ; de cette façon, anche et hanche sont le même mot ; en latin, tibia signifie aussi jambe et tuyau. Le latin ancus, crochu, et le mot grec traduit par courbure, sont moins proches que l'étymologie germanique. Dans tous les cas, il faut regarder l'h comme épenthétique. HANCHE. Ajoutez : 7Les hanches d'une chèvre (machine) sont les deux grands côtés qui vont en se rapprochant, et entre les extrémités desquels est montée une poulie. Ajoutez : M. Bugge, Romania, III, p. 152, rejette l'étymologie donnée par Diez et adoptée dans le Dictionnaire (vieux haut-all. ancha, jambe). Il ne pense pas que l'h soit épenthétique, et il rattache hanche à un autre mot germanique : frison, hancke, hencke, hanche ; l'all. mod. Hanke, hanche d'un cheval ; le diminutif tyrolien, henkel, cuisse. Ces rapprochements sont tout à fait décisifs.