HALLEBARDE

Prononciation : ha-le-bar-d'
Nature : s. f.

1Arme d'hast, garnie par en haut d'un fer long, large et pointu, traversé d'un autre fer en forme de croissant. Les suisses d'église portent la hallebarde. [Pour la marine] les hallebardes et pertuisanes seront montées sur du bois de frêne ; les lames seront d'un bon fer, net et point pailleux ; celle de la hallebarde sera de neuf à dix pouces de long, et celle de la pertuisane de dix-huit à dix-neuf, Ordonn. de 1689, XVII, titre 3.
Des barreaux, des fossés, d'inexorables gardes, L'airain tonnant, les traits, le fer des hallebardes En défendent l'approche, en repoussent l'accès [de la demeure de Louis XI] , MASSON , Helvét. II
Sur leur robuste bras [des Suisses] la longue hallebarde Et la lourde massue, et l'épée à deux mains Semblent teintes encor du sang des fiers Germains , MASSON , ib. III
J'y vois de gros gardes, Cuirassés de bardes, Portant hallebardes De sucre candi , BÉRANG. , Cocag. On lui a donné une hallebarde, signifiait autrefois : on l'a fait sergent dans une compagnie de gens de pied.
Si la hallebarde Je peux mériter, Près du corps de garde je te fais planter, Ayant la dentelle, le soulier brodé, La blouque [boucle] à l'oreille, Le chignon cardé , Adieux de la Tulipe, vers attribués à VOLT. mais qui sont de MANGENOT
Cela est vrai comme les Suisses portent la hallebarde par-dessus l'épaule, se disait d'une chose fausse. Fig. Quand il tomberait des hallebardes, c'est-à-dire quand même il pleuvrait à verse ; les grosses gouttes d'eau étant, par exagération, comparées à des fers de hallebarde. Il va tomber des hallebardes, se dit quand un gros nuage arrive tout plein d'eau. On dit d'une mauvaise rime : Ces mots riment comme hallebarde et miséricorde.
2Hallebarde de Suisse, nom vulgaire sous lequel les marchands désignent quelques espèces de rostellaires, et, particulièrement, le pes pelicani. XVe s.
Ung baston appellé une hallebarde ou guisarme , DU CANGE , alabarda.
XVIe s.
Sept ou huict sergeans firent jouer la pertuisane et l'halebarde , D'AUB. , Hist. II, 259
Le halebardier tienne au poing sa halebarde, La pique le piquier, et le haquebutier, Couché plat sur le ventre, exerce son mestier , RONS. , 934
Bourg. aulebade ; esp. et port. alabarda ; ital. alabarda, labarda ; pays de Coire, halumbart. Sousa le tire de l'arabe al harba, composé de al, le, et harba, pointe de lance. Mais la forme du mot s'accorde mieux avec l'étymologie germanique : ancien allemand, helmparte ou helmbarte, sorte de hache, de helm, manche, et parte ou barte, hache. Hallebarde dans l'allemand moderne, hallebard dans le suédois, halberd dans l'anglais, ont été pris aux langues romanes. HALLEBARDE. Ajoutez : - REM. La hallebarde est une arme analogue à la guisarme ; le fer terminé par une pointe affecte une forme plus ou moins symétrique, en présentant, sur les côtés, des tranchants, des crocs, des pointes.