HAIRE

Prononciation : hê-r'
Nature : s. f.

1Petite chemise de crin ou de poil de chèvre portée sur la peau par esprit de mortification et de pénitence.
Laurent, serrez ma haire avec ma discipline , MOL. , Tart. III, 2
Le moine secoua le cilice et la haire , BOILEAU , Lutr. VI
Vicieux, pénitent, courtisan, solitaire, Il [le duc de Joyeuse] prit, quitta, reprit la cuirasse et la haire , VOLT. , Henr. IV
2Grosse étoffe pour les brasseurs. Drap en haire, drap qui n'a point encore été foulé. Xe s.
[Ils] vesteient haires , Fragm. de Val. p. 467
XIIe s.
E aspre haire aveit de piel de chievre gros , Th. le mart. 102
Une dame Respha la fille Aia estendid une haire sur une pierre, pur les cors guarder.... , Rois, p. 202
XIIIe s.
Mes ja beste qui leans aille, N'i portera toison qui vaille, Ne dont l'en puist neis [même] drap faire, Se n'est aucune orrible haire , la Rose, 20424
En l'abeie du Lis sont les heres que saint Loys portoit, une fete à maniere de gardecors, longue jusque desouz la ceinture, et l'autre fete à maniere de ceinture ; trois ou quatre desquelles les unes sont lées [larges] à maniere de la paume d'une main, et les autres à maniere de la leesse [largeur] de trois dois ou de quatre , Miracles St Loys, p. 147
Et si estoit la haire mise Emprès la char soz la chemise , RUTEB. , II, 176
XVe s.
Mes je di Et affi Que sus mi N'a fors quo doel, painne et haire , FROISS. , Poésies mss. p. 20, dans LACURNE
Marie toy donc et me croy, Qu'à mener vie solitaire A l'en plus de mal et de haire [affliction, peine], Mil fois plus que mariés n'ont , E. DESCH. , Poésies mss. f° 360
Anc. haut allem. hâra ; scandin. haera, tissu de poil ; allem. Haar, cheveu, poil. On en rapproche avec vraisemblance le sanscrit kêçara, et le latin caesaries, chevelure.