haik

Prononciation : ha-ik, h aspirée
Nature : s. m.

Nom, dans l'Orient, d'un vêtement très léger dont on s'enveloppe et par-dessus lequel on s'habille ; c'est une pièce d'étoffe non taillée.
On en fait [du poil de chameau] la corde qui sert à fixer le haïk autour de la tête , Journ. offic. 12 mai 1874, p. 3220, 1re col.
Tous [des gens de Fez, au Maroc] vêtus de blanc de la tête aux pieds, comme un cortége de prêtres : visages austères, barbes noires, haïks de soie , VILLETARD , Journ. offic. 1er fév. 1877, p. 789, 3e col. On le trouve aussi écrit heyque. Les présents qu'AbdAllah offrit à Louis XIV de la part de Mouley-Ismaël.... consistaient en une selle brodée, une peau de tigre, huit heyques, cinq peaux de lion, et quatre douzaines de peaux de maroquin rouge, Mercure, fév. 1699.