heroine

Prononciation : é-ro-i-n'
Nature : s. f.

1Femme qui a un grand courage, une grande noblesse de sentiments.
S'il n'a plus de héros, il a des héroïnes , CORN. , Attila, I, 2
Dieu, qui rapporte tous ses conseils à la conservation de sa sainte Église et qui, fécond en moyens, emploie toutes choses à ses fins cachées, s'est servi autrefois des chastes attraits de deux saintes héroïnes pour délivrer ses fidèles des mains de leurs ennemis , BOSSUET , Reine d'Anglet.
Donnez à Dieu vos affections.... vous pourrez hardiment mépriser la mort à l'exemple de notre héroïne chrétienne , BOSSUET , Duch. d'Orl.
Élevé dans le sein d'une chaste héroïne , RAC. , Phèdre, IV, 2
La célèbre Amélie de Hanau, landgrave douairière, l'héroïne de son temps, entretenait, à l'aide de quelques subsides de la France, une armée de dix mille hommes.... jouissant à la fois de cette considération que donnent toutes les vertus de son sexe et de la gloire d'être un chef de parti redoutable , VOLT. , Annales de l'Empire, Ferdinand III, 1639 Adjectivement.
C'était [Marguerite d'Anjou] une femme entreprenante, inébranlable, héroïne , VOLT. , Moeurs, 114
2Fig. La femme qui figure comme principal personnage, dans un poëme, un roman, une pièce de théâtre.
Je n'avais [jetée à la Bastille] que la cornette qui était sur ma tête, et pas plus de chemises qu'une héroïne de roman enlevée , STAAL , Mém. t. II, p. 106
L'héroïne s'aperçoit avec surprise qu'elle n'aime plus, ou, pour mieux dire, qu'elle n'a jamais aimé , GENLIS , Adèle et Théod. t. I, lett. XI, p. 351, dans POUGENS.
Si les héroïnes de Richardson ne sont pas des êtres imaginaires , GENLIS , ib. t. III, lett. XLVI, p. 322 Par extension, femme qui figure dans un événement. C'est elle qui est l'héroïne de l'aventure.
Lat. heroïna, terme dérivé du mot grec traduit par héros.