herisser

Prononciation : hé-ri-sé
Nature : v. a.

1Dresser, en parlant du poil, des plumes ou des cheveux.
J'ai donc vu ce sanglier qui, par nos gens chassé, Avait d'un air affreux tout son poil hérissé , MOL. , Princ. d'Él. I, 2
Comme un coursier indompté hérisse ses crins , J. J. ROUSS. , Orig. 2
Inventer ... Ce n'est pas sur le front d'une nymphe brillante Hérisser d'un lion la crinière sanglante , A. CHÉN. , Invention.
2Par extension, il se dit de choses aiguës, saillantes, dressées, qui couvrent, qui garnissent. Des roches aiguës hérissent les flancs de la montagne.
Le chardon importun hérissa les guérets , BOILEAU , Épît. III
Parmi les forêts Qui des monts de l'Arven hérissent les sommets , DUCIS , Oscar, II, 2
3Hérisser de garnir de choses considérées comme aiguës, pointues. Hérisser de pieux un bastion.
Il [l'hiver] hérisse les monts de hautes pyramides , ROUCHER , les Mois. Fig. Hérisser son style de termes nouveaux.
La prose la [la pointe] reçut aussi bien que les vers ; L'avocat au palais en hérissa son style , BOILEAU , Art p. II
4Terme de construction, voy. HÉRISSONNER. 5V. n. Devenir hérissé.
Les cheveux lui hérissèrent à la tête , Dict. de l'Acad.
6Se hérisser, v. réfl. Dresser son poil, ses plumes. Ce coq est furieux, il se hérisse.
Un mâtin qui connaît ses forces se hérisse, s'indigne, l'attaque avec courage [le loup], tâche de le mettre en fuite, et fait tous ses efforts pour se délivrer d'une présence qui lui est odieuse , BUFF. , Quadrup. t. II, p, 188 Il se dit des cheveux, du poil, des plumes qui se dressent.
Des coursiers attentifs le crin s'est hérissé , RAC. , Phèdre, V, 6
Vous baissez vos regards, vos cheveux se hérissent , VOLT. , Orph. I, 5
Fig. Se fâcher, se montrer opposé à.
Mlle de Rambouillet et Mlle Paulet s'en hérissèrent toutes et en rugirent horriblement, et proposèrent à l'heure même d'aller piller notre logis , VOIT. , Oeuvres, t. II, p. 225
Chamillart en parla [du mariage de son fils] à Mme de Maintenon, qui d'abord se hérissa et qui en éloigna le roi , SAINT-SIMON , 190, 45
Vous sentez que je veux faire de Mme d'Argenton le bouc émissaire de l'ancienne loi, et vous, vous vous en hérissez comme d'une proposition qui vous flétrirait , ID. , 252, 128
7Devenir couvert de choses aiguës. Ces champs incultes se hérissent d'épines. Les troupes arrivèrent et les rues se hérissèrent de baïonnettes. XIIe s.
[Je] Ne vuel pas sembler le gaignon [chien] Qui se herice et se reguingne, Quant autres gaingnons le rechingne , CRESTIEN DE TROIES , Chev. au lyon, v. 644
XIIIe s.
Tuit furent en grant tenebror ; Morir cuident tuit li plusor, Quar la tourmente fu moult fort ; Et du dromont [sorte de navire] croissent [font du bruit] li bord ; Li vent herice et la mer poudre, Blanchandin, f° 186, dans LACURNE. Car nus [nul] sengler tot hericiés, Quant des chiens est bien aticiés, N'est si crueus... , la Rose, 9825
Les denz a [Ysengrin] un poi plus agues Que Renart et plus esmolues ; Contre Renart moult se herice , Ren. 1497
Quant j'oy parler de si lait vice. Par foi toz li cuers m'en herice De duel et d'ire, Si fort que je ne sai que dire , RUTEB. , 198
XIVe s.
Quant vous fustes endormy, les cheveulx me commencerent à herisser , Ménagier, I, 6
XVIe s.
Nous ne commandons pas à nos cheveux de se herisser , MONT. , I, 97
Au malheur, mon courage se herisse, au lieu de s'applatir , MONT. , IV, 67
Quelque pierre espineuse et herissée qui te poinct et escorche cruellement le col de la verge , MONT. , IV, 271
On eust dit, à voir le bataillon des Lacedemoniens, que ce n'estoit qu'un corps, comme de quelque beste courageuse qui se herissoit et se preparoit pour combatre , AMYOT , Arist. 42
Si nous oyons crier de nuict quelque chouan, Nous herissons d'esfroy.... , RONS. , 815
[La prètresse] herissant sa chevelure , DU BELLAY , III, 78, recto.
Voy. HÉRISSON ; provenç. erissar, hirissar ; espagn. erisar ; portug. erriçar ; ital. arriciare.