heresie

Prononciation : é-ré-zie
Nature : s. f.

1Opinion fausse, en matière de foi, condamnée dans les formes prescrites par l'Église.
Je craignais, mon père, que votre dessein ne fût de rendre ces personnes hérétiques, sans qu'ils le fussent, comme parle le même pape [saint Grégoire] sur une dispute pareille de son temps, parce, dit-il, que ce n'est pas s'opposer aux hérésies, mais c'est faire une hérésie que de refuser de croire ceux qui, par leur confession, témoignent d'être dans la véritable foi , PASC. , Prov. 17
N'est-il pas vrai que, si l'on demande en quoi consiste l'hérésie de ceux que vous appelez jansénistes, on répondra incontinent que c'est en ce que ces gens-là disent : que les commandements de Dieu sont impossibles, qu'on ne peut résister à la grâce.... , PASC. , ib. 17
Dieu, qui permet les hérésies pour éprouver la foi de ses serviteurs , BOSSUET , Prem. avertiss. 1
Ce n'a pas été seulement les ariens qui ont varié de cette sorte : toutes les hérésies, dès l'origine du christianisme, ont eu le même caractère , BOSSUET , Variat. préface.
L'hérésie retient toujours sa propre nature, en ne cessant d'innover, et le progrès de la chose est semblable à son origine , BOSSUET , ib.
Il ne faut pas croire que les hérésies aient toujours pour auteurs des impies ou des libertins qui, de propos délibéré, fassent servir la religion à leurs passions , BOSSUET , Var. V, § 1
Nous avons des catalogues des hérésies dressés par saint Épiphane, par saint Augustin, et par plusieurs autres auteurs ecclésiastiques , BOSSUET , ib. XI, § 5
Quand Dieu laisse sortir du puits de l'abîme la fumée qui obscurcit le soleil, selon l'expression de l'Apocalypse, c'est-à-dire l'erreur et l'hérésie , BOSSUET , Reine d'Anglet.
Je n'entreprends pas, chrétiens, de vous dire la destinée des hérésies de ces derniers siècles, ni de marquer le terme fatal dans lequel Dieu a résolu de borner leur cours , BOSSUET , ib.
Quoique cet esprit d'indocilité et d'indépendance soit également répandu dans toutes les hérésies des derniers siècles, il n'a pas produit universellement les mêmes effets , BOSSUET , ib.
Nos pères n'avaient pas vu, comme nous, une hérésie invétérée tomber tout à coup [par suite de la révocation de l'édit de Nantes], les troupeaux égarés revenir en foule, et nos églises trop étroites pour les recevoir , BOSSUET , le Tellier.
Quand le sage chancelier reçut l'ordre de dresser ce pieux édit qui donne le dernier coup à l'hérésie , BOSSUET , ib.
....S'unissant contre toi pour l'affreuse hérésie , RAC. , Esth. Prologue.
On ne peut que regretter la perte d'une relation que Strategius écrivit sur les hérésies par ordre de Constantin , VOLT. , Dict. phil. Hérésie, 3 Cet homme ne fera point d'hérésie, locution proverbiale qui se dit d'un homme de peu d'esprit.
2Par extension et familièrement, doctrine, maxime en opposition avec les idées reçues. Une hérésie en littérature, en médecine. Ce que vous dites là est une hérésie. Hérésie en amour, locution dont on se sert pour exprimer honnêtement des habitudes honteuses ou la pédérastie. XIIe s.
Dementieres que firent li fil à l'aversier [les fils du diable] Cele grant heresie [le meurtre de Thomas] dedenz le saint mustier , Th. le mart. 152
XIIIe s.
Pour ce, dame, vous loe [je vous conseille] à escuser, Que cil ne soient atains de l'iresie [suspects d'hérésie en amour], Qui desormais ne vous vorront [voudront] amer , QUESNES , Romancero, p. 109
Especialement vilains seremens et heresie fai abatre à ton pooir , JOINV. , 301
XVe s.
George Vernoys fut accusé de crime de heresie [sorcellerie] et de faire mourir et languir par sort et art magique plusieurs gens et bestail , DU CANGE , haeresis.
XVIe s.
Ce mot d'heresie, grec, depuis transplanté dedans Rome, qui signifioit opinion, et par succession de temps nous l'avons tourné en si mauvaise part, que nous n'en usons que contre ceux qui nous contreviennent à la foy et religion catholique , PASQUIER , Rech. liv. VIII, p. 686, dans LACURNE
En la comté de Boulonnois confiscation de meubles et heritages a lieu en crime d'heresie et de leze majesté , Coust. génér. t. I, p. 611
Provenç. heregia, eretgia ; esp. heregia ; ital. eresia ; mot formé sur le modèle des noms en ie, ia, et dérivé du lat. haeresis, qui vient du terme grec traduit par choix, opinion, dérivé du verbe grec signifiant prendre. HÉRÉSIE. Ajoutez : Couteau n'apaise hérésie (XVIe siècle), Journ. Offic. 17 juin 1876, p. 4263, 3e col.