heresiarque

Prononciation : é-ré-zi-ar-k'
Nature : s. m.

Auteur d'une hérésie, chef d'une secte hérétique.
Comme les hérésiarques sont punis en l'autre vie des péchés auxquels ils ont engagé leurs sectateurs dans lesquels leur venin vit encore , PASC. , Lett. à Perier, 17 oct. 1651
Saint Grégoire de Nazianze ne nous représente pas les hérésiarques comme des hommes sans religion, mais comme des hommes qui prennent la religion de travers , BOSSUET , Var. V, § 1
Nous savons en quels abîmes cette dangereuse présomption et cet orgueil a précipité tant d'hérésiarques et leurs sectateurs , BOURDAL. , Instruct. Humilité de la foi, Exhort.
Le supplice de cet hérésiarque ne fit que fortifier son hérésie , FLÉCH. , Hist. de Théodose, III, 44
Heureux les hommes, si tous les disputeurs de ce monde, si les hérésiarques s'étaient soumis avec autant de modération, avec une douceur si magnanime que le grand archevêque de Cambrai, qui n'avait nulle envie d'être hérésiarque ! , VOLT. , Dict. phil. Sottise des deux parts.
XVIe s.
On m'a dit qu'un vieux heresiarque a leu ce traité avec beaucoup de plaisir , D'AUB. , Conf. II, 6
Terme dérivé du mot grec traduit par hérésie, et verbe grec signifiant être chef.