heredite

Prononciation : é-ré-di-té
Nature : s. f.

1Terme de jurisprudence. Qualité d'héritier. Droit de recueillir la totalité ou une partie des biens qu'une personne laisse à son décès. Accepter l'hérédité. Renoncer à l'hérédité. 2En parlant de la succession au trône, le droit d'hérédité. Attaquer, défendre le principe d'hérédité. On disait aussi : l'hérédité de la pairie. 3Il s'est dit du privilége accordé à un office rendu héréditaire par le roi, sans qu'on fût assujetti à payer le droit de prêt et d'annuel. 4Tous les biens qu'une personne laisse en mourant (sens qui a vieilli).
La loi des Saxons veut que le père et la mère laissent leur hérédité à leur fils , MONTESQ. , Esp. VIII, 22
C'était une bonne loi que celle qui défendait d'avoir deux hérédités , MONTESQ. , ib. V, 5 Hérédité jacente, héritage qui n'a point encore été accepté.
5Terme de physiologie. Condition organique qui fait que les manières d'être corporelles et mentales passent des ascendants aux descendants. Hérédité originelle ou d'incarnation, celle où les premières cellules génératrices de l'ovule sont modifiées en bien ou en mal, selon l'état que cet ovule offre lui-même. Hérédité directe, celle qui provient soit du père, soit de la mère de l'enfant. Hérédité indirecte, celle où, le type du père ou de la mère n'apparaissant pas, la ressemblance avec d'autres parents de la ligne collatérale vient en prendre la place. Hérédité en retour, celle où, un degré étant sauté, l'enfant ressemble non à son père ou à sa mère, mais à son grand-père ou à sa grand'mère, et même plus haut. Hérédité d'influence, celle où il y a représentation des conjoints antérieurs dans la nature physique et morale des produits, c'est-à-dire que, si une femme devient veuve et se remarie, il peut arriver que les enfants du second mariage reproduisent des traits et des caractères du premier mari mort avant la conception. Hérédité d'évolution, celle dans laquelle la mère, servant d'intermédiaire entre le milieu extérieur et le nouvel être, ou de milieu pour celui-ci, modifie ce dernier pendant son évolution en fournissant pour son développement des principes modifiés. HÉRÉDITÉ, HÉRITAGE. L'hérédité est proprement la qualité d'héritier ; l'héritage est proprement le bien laissé par le défunt. XIe s.
Ô filz, cui erent [à qui seront] mes granz ereditez, Mes granz palais de Rome la citet ? , St-Alexis, LXXX
XIIe s.
Salf fai tun pople, et beneis à la tue hereditet , Liber psalm. p. 34
XVIe s.
Rufus que Cicero accuse pour avoir recueilli une heredité contre sa conscience , MONT. , III, 14
Provenç. heretat ; espagn, heredad ; ital. eredità ; du lat. hereditatem, de heres, hoir (voy. ce mot). On trouve, très souvent, dans les anciens textes, herité.