GUIGNON

Prononciation : ghi-gnon
Nature : s. m.

Mauvaise chance, principalement au jeu.
C'est, malheureuse, toi qui me portes guignon , RÉGNIER , Sat. X
Mais certes jamais un guignon N'arrive sans son compagnon , SCARRON , Virg. II
Ne croyez point, ma fille, que depuis trois mois vous ayez été en guignon ; je commence par le gain de votre procès.... , SÉV. , 491
Ce n'est pas sans un extrême chagrin que je vois ce guignon sur vous et sur lui , SÉV. , Lett. 15 nov. 1684
Le coeur me dit que votre guignon [au jeu] ne changera pas , HAMILT. , Gramm. 3
Oh ! j'ai toujours eu du guignon dans les rencontres , MARIVAUX , Doubl. inconst. II, 11
Ma foi, c'est jouer de guignon, il en faut convenir , GENLIS , Théât. d'éduc. le Magistrat, II, 1
Vous repartirez sans doute la veille de mon retour ; ce guignon-là, j'espère, ne me durera pas toujours , P. L. COUR. , Lett. I, 379 Guignon guignonnant, sorte de génie malfaisant employé dans les contes d'enfant pour signifier ou expliquer des contrariétés successives.
XVIe s.
Chercher guignon , OUDIN , Curios. fr.
Porter guignon , OUDIN , ib.
Esp. guiñon, signe de l'oeil. Guignon vient de guigner, et se rapporte à quelque idée du mauvais oeil qui ensorcelle, porte guignon.
Cependant on trouve aussi guillon : Là vint un postillon Qui m'aportoit guillon, Me suivant à la trace, à la seule parole D'une femme trop folle ; Maudite soit sa race ! , MAROT , II, 162
GUIGNON. - ÉTYM. Ajoutez : M. Hensleigh Wedgwood, Transactions of the philological Society, 1873-1874, 3e part. p. 328, ne croit pas que guignon dérive du verbe guigner. Il y a un vieux mot anglais wanion, qui signifie male chance, mauvais présage. Il pense que c'est à wanion qu'il faut rattacher le franç. guignon. L'objection est que les intermédiaires font défaut.