GUEUSERIE

Prononciation : gheû-ze-rie
Nature : s. f.

1Condition de gueux, de personne sans bien, sans avoir.
Poli, galant, qui fait les choses comme il faut, Et dont la gueuserie est l'unique défaut , TH. CORN. , Comtesse d'Orgueil, I, I
Je viens d'apprendre que ta gueuserie rebute tous les partis qui se présentent pour notre fille , BRUEYS , Avocat Pat. I, 3
Quel est donc ce brigand qui, là-bas, nez au vent, Se carre, l'oeil au guet et la hanche en avant, Plus délabré que Job et plus fier que Bragance ; Drapant sa gueuserie avec son arrogance ? , V. HUGO , Ruy Blas, I, 2
2Mendicité.
La gueuserie en ce pays-là est d'une grande ressource pour les gens d'esprit mal aisés qui veulent sacrifier à la paresse , LESAGE , Guzm. d'Alfar. III, 2
Tout pays où la gueuserie, la mendicité est une profession, est mal gouverné ; la gueuserie, ai-je dit autrefois, est une vermine qui s'attache à l'opulence ; oui, mais il faut la secouer , VOLT. , Dict. phil. Gueux.
3Fig. Une chose vie, de peu de prix. Il n'a acheté que de la gueuserie.
Et la fête de Pan parmi nous si chérie Auprès de ce spectacle est une gueuserie , MOL. , Mélicerte, I, 3
4Confédération des gueux, dans les Pays-Bas, au XVIe siècle. Gueuser.