guepier

Prononciation : ghê-pié ; l'r ne se lie jamais ; au pluriel, l's se lie : les ghê-pié-z et les guêpes
Nature : s. m.

1Lieu où les guêpes construisent les alvéoles qui leur servent de nid.
Le guêpier est un petit édifice à plusieurs étages ; et, comme la forme est ovale, on comprend que les étages du milieu ont plus d'étendue que ceux des extrémités , BONNET , Contempl. nat. XI, 23, note 1
Et d'un papier nouveau qu'il a su copier, L'homme doit le modèle aux travaux d'un guêpier , DELILLE , Trois règnes, VII
Le cheval du drogman ayant mis le pied dans un guêpier, les guêpes se jetèrent sur lui , CHATEAUBR. , Itinér. 3e part. Fig. Tomber, donner, se fourrer, mettre le pied dans un guêpier, dans le guêpier, être engagé dans une fâcheuse affaire ; se trouver au milieu de gens suspects ou menaçants.
Ils étaient tous contre moi ; je me suis fourré la tête dans un guêpier , BEAUMARCH. , Barb. de Sév. IV, 8
Se mettre la tête dans le guêpier, s'engager dans une affaire où l'on court risque d'être dupé. On dit dans un sens analogue : Cette affaire est un guêpier. Il eut beaucoup de peine à sortir de ce guêpier.
2Sorte d'oiseau.
Le guêpier mange non-seulement les guêpes qui lui ont donné son nom, mais il mange aussi les bourdons, les cigales, les cousins et autres insectes qu'il attrape en volant , BUFF. , Ois. t. XII, p. 174
3Sorte de champignon qui croît sur les arbres morts. XVIe s.
Tout cela ensemble nous en produit un exaim comme d'abeilles et une guespiere , AMYOT , Comm. refréner la colère, 31
Guespier , COTGRAVE ,
Guêpe.