GRUAU

Prononciation : gru-ô
Nature : s. m.

1Grain mondé et moulu grossièrement, de manière à présenter un grain de farine non réduit en poussière, mais sans trace de son. L'avoine dépouillée de sa balle florale. 2Par extension, farine d'orge, ou d'avoine, séchée au four, dont on sépare le son sans bluteau et qui fait une nourriture fort saine en bouillie tirée au clair. La fine fleur de froment. Pain de gruau. 3Bouillie, tisane faite avec du gruau. Boire du gruau. 4Se dit aussi de la pomme de terre réduite en pâte, puis en petits pains, dans un moulin à meules espacées, de manière à lui donner l'aspect du sagou. XIIe s.
e une femme estendi un drap sur le puiz, si cume ele i sechast orge piled pur faire gruel , Rois, p. 183
XIVe s.
À Paris les oyers [marchands d'oies] engressent leurs oies de farine, non mie la fleur ne le son, mais ce qui est entre deux, que l'on appelle les gruyaux ou recoppes , Ménagier, II, 4
Avoine batue que l'en doit dire gruyau d'avoine , ib. II, 5
Gru ; picard, grui ; génev. grisse, gritze, gruau d'avoine ou d'orge (c'est l'allemand Grütze). Petit de la grue.
On voyait communément, suivant Turner, de petits gruaux dans les marchés ; leur chair est en effet une viande délicate, dont les Romains faisaient grand cas , BUFF. , Ois. t. XIII, p. 429
Diminutif de grue 1. 1Petite grue pour enlever les fardeaux. 2Vaisseau pour transporter le sel. Diminutif de grue 2.