grossierement

Prononciation : grô-siè-re-man
Nature : adv.

1D'une manière grossière.
Il y avait dans la chaise un jeune homme grossièrement vêtu , VOLT. , Jeannot et Colin.
Quelques chiffres grossièrement ébauchés sur l'écorce des ormeaux , GENLIS , Mlle de Clermont, p. 9, dans POUGENS
2D'une façon opposée à ce qu'il y a de spirituel, d'intellectuel.
L'usage des pensées et de l'écriture me sert au besoin [dans l'absence] ; mais cependant, ma fille, je vous avoue grossièrement que j'ai une très sensible envie de vous voir et de vous embrasser de tout mon coeur , SÉV. , 451
3Avec maladresse. Il loue grossièrement. 4D'une manière qui suppose ignorance.
S'ils s'emportent seulement contre les répréhensions et non pas contre les choses qu'on a reprises, je ne m'empêcherai jamais de leur dire qu'ils sont grossièrement abusés et que leur zèle est bien aveugle , PASC. , Prov. X
Vous êtes donc grossièrement et visiblement trompé, quand, au préjudice de cette divine loi, vous n'apportez à la prière nulle préparation , BOURDAL. , 5e dim. après Pâq. Dominic., t. II p. 228
5Avec incivilité. Répondre grossièrement. 6Sommairement, imparfaitement. Voilà grossièrement ce qu'il a dit sur ce sujet.
Si on entend un coup de canon ou le son d'une cloche...., on pourra juger grossièrement de la distance à laquelle on se trouve du canon ou de la cloche , BUFF. , Hist. nat. hom. Oeuv. t. IV, p. 470
Content d'avoir grossièrement esquissé mon plan, je revins aux situations de détail que j'avais tracées , J. J. ROUSS. , Confess. IX
XIVe s.
Il convient par aventure premierement parler figuralment et grossierement [en gros] , ORESME , Eth. X (16).
XVIe s.
Je sçay grossierement ce à quoy elles visent , MONT. , I, 154
Enfant nourry grossierement comme il fault et hazardeusement , MONT. , I, 464
Grossière, et le suffixe ment.