GROSSEUR

Prononciation : grô-seur
Nature : s. f.

1La circonférence, le volume de ce qui est gros.
Elle [la grenouille].... Envieuse s'étend et s'enfle et se travaille Pour égaler l'animal [le boeuf] en grosseur , LA FONT. , Fabl. I, 3
Et son corps, ramassé dans sa courte grosseur, Fait gémir les coussins sous sa molle épaisseur , BOILEAU , Lutr. I
La rapidité avec laquelle le soleil darde ses rayons est probablement en proportion avec sa grosseur, qui surpasse environ un million de fois celle de la terre , VOLT. , Phil. Newt. II, 2
Sa grosseur [d'un homme] était si prodigieuse que sept personnes d'une taille médiocre pouvaient tenir ensemble dans son habit et le boutonner , BUFF. , Suppl. à l'hist. nat. Oeuv. t. XI, p. 118
2Tumeur. Il a une grosseur au cou. 3Ancien terme de jardinier.
être en grosseur, se disait de fruits qui, après avoir acquis la grosseur qu'il faut pour entrer en maturité, demeurent en cet état sans avancer , LA QUINTINYE , dans RICHELET
XIVe s.
La tunique retine fu sutille pour deux utilités : la premiere qu'el ne blecast par sa groisseur les humours... , H. DE MONDEVILLE , f° 17
Duc [Jusqu'] à tant que la groisseur du milieu du fer puisse estre comprise o estrumens à ce convenables , H. DE MONDEVILLE , 38, verso.
XVIe s.
Selon qu'il estoit necessaire à la grosseur de nostre esprit et à nostre arrogance , CALVIN , Instit. 271
L'Apsus, en grosseur, en roideur et vitesse de cours, ressemble assez au fleuve de Peneus , AMYOT , Flam. 4
Gros ; Berry, grousseur ; provenç. groissor ; espagn. grosor. Grosseur, comme il a été dit à GROSSESSE, a eu le sens de grossesse. GROSSEUR. - HIST. Ajoutez : XIIe s.
Là sus en ces desers pues [tu peux] deus arbres trover, Qui cent piés ont de haut et de grossor sont per , li Romans d'Alixandre, p. 351
XIIIe s.
Et enfla si durement, que la grosseur surmonta touz les membres , Histoire occidentale des croisades, t. II, p. 578