GROMMELER

Prononciation : gro-me-lé. La syllabe mel double l'l quand la syllabe qui suit est muette : je grommelle, je grommel

1V. n. Terme familier. Murmurer, se plaindre entre les dents.
Rameau consentit en grommelant et répétant sans cesse que ce devait être une belle chose que de la composition d'un homme qui n'était pas enfant de la balle et qui avait appris la musique tout seul , J. J. ROUSS. , Conf. VII
2V. a. L'on n'entend point ce qu'il grommelle entre ses dents.
Quand j'eus bien remercié l'académicien de l'Académie des sciences de m'avoir mis au fait, je m'en allai tout pantois louant la Providence, mais grommelant entre mes dents ces tristes paroles : vingt écus de rente seulement pour vivre, et n'avoir que vingt-deux ans à vivre , VOLT. , l'H. aux 40 écus, Aventure avec un carme
XVe s.
Je voy envis rire et jouer, J'ay grant plaisir à grumeler , EUST. DESCH. , Poésies mss. f° 344
Il s'en va si fort grumelant Qu'il semble qu'il doye desver , Patelin, 734
Tien, roingne et ne grumele mie , Mart. de St. Ét.
XVIe s.
Ce qui les avertit de se lever fut un petit tonnerre commençant à grumeler , YVER , p. 625
Ils voulurent grou meler, disants avecques grands blasphemes, qu'on leur faisoit tort , CARL. , II, 18
Et d'un horrible tour [la mer] Se roule en groumelant aux rives d'alentour , RONS. , 844
Tout le tourment qui me poinct C'est quand mon ventre groumelle Faute de ne boire poinct , ADAM BILLAULT , le Menuisier de Nevers, Chansons bachiques.
C'est ung passe temps, quand je bats le villayn, que de l'ouyr grommeler, quand j'ay le dos tourné , PALSGR. , p. 642
Wallon, groumî ; Berry, groumeler, grimoner, grimouner ; lorrain, grimoner ; une mère grimon, une femme grognon ; bourguign. grimôlai ; picard, grumeler ; du germanique : dialecte d'Aix-la-Chapelle, grome, groumen, grommeler ; anc. allem. grummeln ; flam. grommelen ; angl. to grumble. Montaigne a dit rommeller : Ceulx que nous oyons rommeller, II, 55 ; comp. le dan. rumle ; angl. rumble. Montaigne a aussi grommeler, IV, 157. GROMMELER. - HIST. Ajoutez : XIVe s.
Vous en convient il grumeler, Sire chetiz ? , Miracles de Nostre Dame par personnages, t. I, p. 201, Paris, 1876