GROIN

Prononciation : grou-in
Nature : s. m.

1Museau de cochon.
Assurément [Grillus, métamorphosé en cochon] vous n'avez pas la taille belle ; un gros corps couché vers la terre ; de petits yeux à peine entr'ouverts, un groin horrible, une physionomie très désavantageuse , FÉN. , Dial. des morts anc. dial. 6
2Par extension, laid visage que l'on compare à un groin de cochon.
Je raserai le gros visage Et le groin De monseigneur de Grimaudin Dans son château du Gaillardin , DANCOURT , Vacances, divertissement.
Groin a toujours été monosyllabe dans l'ancienne langue comme cela convenait, venant de grunn-ire ; aujourd'hui il est de deux syllabes.
Quel animal immonde allonge son groin ? , DE PIIS , dans le Dict. de DOCHEZ.
XIIe s.
Bous [colliers] d'or en gruing de porc.... , Th. le mart. 71
XIIIe s.
L'autre panier a assailli, Son groig i mist, n'a pas failli Qu'il n'en traisist fors des anguilles , Ren. 844
Il cuide estre de la mort loing, Mès ele li est près del groing , ib. 16198
Contre Adonis [le sanglier] escout la teste, Ses dens en l'aine li flati, Son groing estort, mort l'abati , la Rose, 15954
XIVe s.
Et fay tout ainsi com le groing Du pourcel qui partout se boute , BRUYANT , dans Ménagier, t. II, p. 23
Groing de Caux [le promontoire de Caux] , DU CANGE , grouinum.
XVIe s.
Pieds de boeuf, groins et oreilles de porc , PARÉ , XIII, 29
Les autres se portent pour ennemis de leurs espoux, les quels elles servent de groin [grognement], de chagrin et de reproches , CHOLIÈRES , Contes, f° 214, dans LACURNE
Grogner ; bourguig. groignô ; provenç. groing, grong, et au fém. groingna ; ital. grugno.