GRIVOIS

Prononciation : gri-voî
Nature : s. m.

1Au XVIIe siècle, soldat de certaines troupes étrangères au service de France, et, par extension, soldat.
Quand ils ont à leur tête un joli général, Il n'est pour les grivois point de plaisir égal , BOURSAULT , Mots à la mode, sc. X
Ma foi, vive la pipe, c'est le salut du grivois , la Fille savante, 1690, dans Théâtre italien de GHERARDI, t. III, p. 69
Pour t'avoir, le grivois te guette , l'École des amours grivois, sc. I, 1744, dans FR. MICHEL, Argot
Par la sambleu, quoique grivois, Je suis constant comme un bourgeois , ib. sc. 2
Toujours prêt, comme le grivois, De brusquer un friand minois , JACQUES MOREAU , Suite du Virgile travesti, VIII
Son adversaire choisit pour le sien un grivois de ses amis , LE SAGE , Est. Gonz. ch. 46 S. f. Grivoise, femme qui vit avec les soldats. Cette cantinière est une bonne grivoise.
2Aujourd'hui, homme ou femme d'un caractère libre, entreprenant, alerte à toute chose. C'est une grivoise.
Orfévres, marchands drapiers, Épiciers, aussi droguistes, Vous-mêmes, petits merciers, Grimaud vous suit à la piste ; Car vous êtes des grivois Avec tous vos petits poids Et la fausse mesure , Chanson sur les corps de métiers, dans FR. MICHEL, Argot
Mais force fut au grivois dépité D'être conduit au gîte détesté , GRESSET , Vert-Vert, III
Un essaim de grivois Buvant à leurs mignonnes , BÉRANG. , Grande orgie
3Adj. Grivois, grivoise, d'une humeur libre et hardie ; leste en propos et en actions.
Des buveurs grivois Les femmes lui cherchaient querelle , BÉRANG. , Mad. Grég. Il se dit des choses dans le même sens.
C'est lui qui fait toutes les chansons grivoises que son maître vous chante quelquefois , DANCOURT , 2e chap. du Diable boit. II, 2
Les saillies de Piron et le ton grivois de Crébillon me plurent beaucoup , DUCLOS , Mém. Oeuv. t. x, p. 40, dans POUGENS
Il n'est pas douteux que les chansons militaires, ou grivoises, distraient et délassent l'esprit du soldat au milieu des fatigues , SAINT-FOIX , Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 191, dans POUGENS
On sait qu'avec beaucoup de noblesse et de fierté dans l'âme, le maréchal de Saxe avait les moeurs grivoises , MARMONTEL , Mém. IV
Ce théâtre [les Variétés] jouera seul les pièces qu'on appelle grivoises, c'est-à-dire sales , P. L. COUR. , Livret.
Grivoise, râpe à tabac. La grivoise s'introduisit parmi les troupes, fit mode, et ceux qui s'en servirent reçurent le nom de grivois.